ledjely.com

ZONE DE LIBRE-ECHANGE AFRICAINE : Marc Yombouno livre son compte rendu

Le 21 mars 2018, les ministres du commerce et des Affaires étrangères, respectivement, Marc Yombouno et Mamady Touré, avaient représenté la Guinée à la cérémonie de signature de l’accord portant création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF). Aussi, après ce rendez-vous hautement stratégique dans la dynamique de l’unité effective du continent africain, les deux étaient ce mercredi devant la presse pour rendre compte de ce qui s’y était passé et pour partager avec l’opinion les tenants et aboutissements de cette zone de libre-échange.

Rehaussée par la présence de nombreux chefs d’Etat du continent ainsi que des ministres, la rencontre de Kigali, avait permis la signature par 44 pays membres de l’Union africaine de l’accord sur la ZLECAF. 43 autres avaient signé  la déclaration de Kigali, et 27 le protocole sur la libre circulation des personnes et le passeport africain. Bien entendu, la Guinée avait signé tous les trois documents.

Le ministre du commerce a mis l’occasion de la conférence à profit pour décliner la stratégie que compte utiliser la Guinée en vue de la matérialisation de cet accord. : « Le gouvernement a décidé de mettre en place une commission nationale multidisciplinaire qui va travailler sur les recommandations et les mesures à prendre pour que notre pays soit en phase avec les dispositifs réglementaires et tout ce qui a lieu pour bénéficier de cet accord historique »

Une fois traduite en acte, la zone de libre-échange pourra aider au renforcement de la compétitivité à tous les niveaux et plus spécifiquement au niveau des industries et des entreprises en exploitant les possibilités d’économie d’échelle, en réduisant les coûts qu’elles supportent, en développant des industries commerciales en vue de surmonter la dépendance à l’exportation de produits primaires et de promouvoir la transformation sociale et économique pour une croissance inclusive. Elle pourra faciliter l’industrialisation et le développement durable conformément à l’agenda 2063 de l’union africaine.

Autres avantages pouvant se rattacher à la ZLECAF, ce sont toutes les opportunités qu’elle pourra offrir aux agriculteurs, au secteur privé, aux femmes et aux jeunes, à travers entre autres la création de chaînes de valeur interétatiques, l’expansion et la diversification de la production et du commerce, l’augmentation des possibilités d’emploi dans tous les domaines, la réduction des coûts des transactions de production.

Pour autant, la mise en œuvre de l’accord impliquera des défis. En effet, devant se traduire par  l’ouverture du marché guinéen, la zone supposera une concurrence plus forte pour les entreprises sur le marché régional de la CEDEAO mais également et surtout sur le marché africain.

Balla Yombouno

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire