ledjely.com

TSHISEKEDI: L’agneau de sacrifice

En République démocratique du Congo (RDC), la crise continue de plus belle. On l’aura du reste constaté à la faveur du meeting du Rassemblement de l’opposition de ce 31 juillet. Tout d’abord, en partant de la mobilisation, on sent que les partisans du départ du président actuel ont de la ressource militante. Ensuite, dans son discours de circonstance, le leader de l’UDPS a très clairement demandé le départ de Kabila et a réaffirmé la récusation d’Edem Kodjo qu’il a d’ailleurs qualifié de « traitre ». De même, il a exigé la libération des détenus politiques dont ceux de la Lucha et flétri les manœuvres intimidantes et les répressions contre les opposants comme celles dont Moïse Katumbi fait actuellement les frais. Cependant, de la part de l’opposant historique, la sortie de crise nécessitera un autre sacrifice…

Le choix du visionnaire

Il convient cependant de préciser tout d’abord qu’Etienne Tshisekedi, après son accueil triomphal du mercredi dernier et le meeting d’hier, aura amplement démontré qu’il est un maillon important dans l’optique de la solution à la crise actuelle en RDC. Crise dont la seule issue qui vaille est celle devant aboutir au respect des dispositions constitutionnelles et, conséquemment, au départ de Joseph Kabila, à la fin de son mandat, le 20 décembre prochain. Principale figure de l’opposition congolaise, Etienne Tshisekedi devra cependant faire un choix décisif pour le présent et l’avenir du Congo. Un choix qui implique de sa part qu’en toute lucidité, il se rende compte qu’il est usé par l’âge et les nombreuses batailles politiques. A bientôt 84 ans et avec une santé chancelante, il est attendu de lui qu’il fasse le choix de la vision et de la responsabilité historique. Bref, pour l’opposant historique qu’il est, c’est le moment de passer la main et de donner la chance à une nouvelle génération de politiciens congolais, plus frais, plus énergiques et davantage en phase avec les défis de l’heure. Pour la paix du Congo et la prospérité des Congolais, c’est le seul choix à faire.

Tshisekedi, garant de la démocratie

Naturellement, une telle perspective ne doit surtout pas inclure un quelconque deal avec le pouvoir actuel. Etienne Tshisekedi devra demeurer dans le camp des opposants dont il doit coordonner et structurer les actions, guider les pas et arbitrer les inévitables conflits. Manageant les jeunes opposants, il sera alors le véritable artisan du vaste mouvement qui fera partir Joseph Kabila et de ce fait, s’inscrira dans le registre de l’histoire de la RDC, plus qu’il ne l’aurait fait en étant président de la République. Ce premier défi relevé, Tshisekedi récompensé comme il se doit et couvert d’honneur pour son esprit de sacrifice et sa vision, devra ensuite aider les Congolais à se choisir en toute liberté un nouveau dirigeant dans le cadre d’une compétition électorale saine et équitable. C’est l’ultime mission que les Congolais attendent de lui. Une mission destinée à parachever une carrière politique passée à lutter pour le triomphe de la démocratie congolaise et pour le bien-être de ses compatriotes. Et une mission dont la portée historique exige du « sphinx de Limeté » qu’il ne se dérobe point.

Boubacar Sanso Barry

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
Avatar
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire