ledjely.com

TRIBUNE : oui à la paix, à la réconciliation et au pardon, mais la justice d’abord (opinion)

Je n’aurai de cesse de demander à mes frères et sœurs guinéens de se donner la main pour le développement de notre Patrie commune. Chacun d’entre nous est acteur et chacun d’entre nous doit veiller à la paix dans notre pays.

J’ai beaucoup apprécié le discours de M. Gassama Diaby aux QG de nos grandes formations politiques. Mais malheureusement, les belles paroles ne suffisent pas, il faut des actes forts.
Qu’on ne se voile pas la face, il n’y aura pas de développement réel sans paix et sans quiétude, il n’y a pas de paix sans pardon et pour pardonner, il faut la justice d’abord. Oui, la justice car pour moi, elle est primordiale. Notre pays a connu assez de problèmes et il faut que l’Etat fasse la lumière sur tout ça, afin que chacun sache ce qui s’est vraiment passé.

Il faut un débat national sur le camp Boiro, sur le coup d’Etat manqué de 1983 qui s’était soldé par la disparition de plusieurs généraux de l’armée, avec le fameux ‘’Wo Fatara’’ de Lansana Conté ; il faut qu’on parle du conflit inter ethnique de 1990 en Guinée forestière ; il faut un débat sur la grève de 2006-2007 ; il faut qu’on interroge le 28 septembre 2009, qu’on n’occulte pas la crise d’entre-les-deux-tours de la présidentielle de 2010 ; il faut qu’on parle de tous ceux qui sont morts dans les manifestations politiques et même syndicales, il faut qu’on parle de tout, vraiment de tout.

Il faut que l’Etat fasse vraiment la lumière sur ces événements, que justice soit rendue aux familles des victimes de tous ces événements tragiques.
Il faut qu’on parle de tous les gouvernements qui ont géré notre pays, qu’on apprécie les actes positifs qu’ils ont posés et qu’on tire les leçons des erreurs commises.
Il faut que justice soit rendue, qu’on sache qui est coupable et qui est victime. La justice doit être rendue pour que les victimes reposent en paix et que les familles fassent leur deuil et pardonnent.
Il faut que l’histoire de notre pays soit enseignée telle qu’elle est, autrement sans hypocrisie, ni biais.

On va beau rêver de développement, mais tant que les fils de ce pays se détestent, tant qu’une partie du peuple se croit victime, tant qu’une autre partie du peuple se croit supérieure aux autres, il n’y aura pas de quiétude. Nous avons une paix superficielle, une paix en trompe-l’œil, bref, une paix illusoire. Mais en dessous, se trouvent enfouis très profondément, problèmes, haine, frustration et rancœurs.

Je rappelle que Mao Zedon a tué 78 millions de chinois en 33 ans , Joseph Starling 23 millions de soviétiques en 31 ans de pouvoir, Hideki Tojo, 5 millions de japonais en seulement 3 ans de pouvoir, mais aujourd’hui, la Chine, la Russie et le Japon font partie du club très select des grandes puissances du monde. Il ne faut donc pas désespérer. Mais il faut, comme ces pays,  faire face à son histoire, se parler en frères et accepter de se pardonner.
Si nous voulons une Guinée prospère et développée, nous devons laisser nos idées ethniques et régionalistes pour parler de notre bien commun, la Guinée.
Quel que soit le temps que cela prendra, nous devons vraiment clarifier les choses, parler de tous nos présidents, leurs régimes, leurs réalisations et leurs défauts. Toutes les ethnies de ce pays ont été victimes à un moment où à un autre.

Imaginer un jeune qui est né en 2000 et qui, conséquemment a désormais 18 ans.  Que dira-t-il  à ses enfants des régimes de Sékou Touré, de Lansana Conté, de Dadis, et même de celui d’Alpha Condé ? Ce jeune-là ne connait pas la vraie histoire de son pays. Imaginez le mal que ça pourrait faire à ce pays dans 20 ans, 30 ans 50 ans ou plus.

Oui, il faut la paix, oui faut la réconciliation, oui il faut le pardon mais avant tout il faut la Justice.

Ahmed Moussa Koné

Élève de la 12ème Sciences Mathématiques

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire