ledjely.com

TRAFIC DE MIGRANTS : sit-in devant l’ambassade libyenne à Conakry

Leaders politique, membres de la société civile, représentants d’associations de jeunesse…plusieurs guinéens ont participé au sit-in organisé ce lundi 20 novembre 2017  devant l’ambassade de la Libye en Guinée. Objectif : dire non à l’esclavage en Libye et demander  la libération des Subsahariens détenus dans les prisons de ce pays.

Ils étaient nombreux, habillés en T-shirts rouge, à marcher de l’esplanade du palais du peuple jusqu’à l’ambassade de la Libye en Guinée, située dans le quartier Coronthie, en face du gouvernorat de la ville de Conakry.

Devant cette représentation diplomatique- qui était d’ailleurs fermée- ces jeunes ont clamé leur indignation  suite à la publication des dernières images sur des médias étrangers- CNN en l’occurrence- dévoilant la vente aux enchères des esclaves  noirs en Libye.

Sur leurs pancartes on pouvait lire : ’’ l’homme noir n’est pas à vendre. Tout sauf 340 dollars. Les Nations Unes vides de sens…’’

Aussi, ils scandaient des slogans comme : «  Libérez nos frères ! Libérez nos frères !, Libye assassin ! Je suis un  migrant, pas une marchandise ! A bas le néo esclavagisme ! Abas la vente des noirs !».

 Oumar Sylla, un des manifestants, précise qu’ils continueront à extérioriser leur colère devant l’ambassade tant que leurs frères et sœurs détenus comme esclaves en Libye, ne sont pas libérés. Plus loin, les manifestants demandent une intervention militaire de l’Union africaine pour obtenir la libération des leurs.

Ahmed Kourouma, vice-président du parti GRUP,  accuse l’Europe d’être  complice. « Nous voulons  dénoncer l’atteinte aux droits humains, l’un des crimes de ce siècle…Malheureusement, l’histoire revient par la grande porte en Libye. Mais il n’y a pas que ce pays, il faut dénoncer l’Arabie Saoudite, la Tunisie et le Maroc, qui pratiquent un racisme d’Etat.  Il faut aussi dénoncer Nicolas Sarkozy, Bernard Henri-Levy qui sont la cause de ce mal, puisque l’Afrique s’était levée pour leur dire qu’il ne fallait pas intervenir en Libye, et qu’il fallait,  dans tous les cas, négocier avec Kadhafi», a-t-il déclaré.

Balla Yombouno

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com
Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire