ledjely.com

TORODOYA/DOMINYA/DONDE : l’UNICEF et ses partenaires en visite d’évaluation

Dans le cadre de la 5ème revue annuelle du programme « Accélération de l’Assainissement et l’Eau pour tous en Afrique de l’Ouest et du Centre », l’UNICEF, les Pays Bas et le Gouvernement Guinéen, ont organisé une série de visites de terrain dans la préfecture de Boffa pour mieux apprécier le travail accompli. La troisième journée de la série de visites d’évaluation dans la préfecture de BOFFA, a mené l’équipe des partenaires techniques et financiers (UNICEF, Charente Maritime Coopération (CMC) et les Pays-Bas) dans les districts de Torodoya, Dominya dans la commune urbaine de Boffa et dans le village de Dondé.

La visite du district de Torodoya, secteur Diawaraya, certifié FDAL (Fin de la défécation à l’air libre) depuis 2016, a permis aux donateurs et partenaires techniques et financiers d’évaluer l’impact des latrines construites par la communauté à travers l’approche ATPC (Assainissement Total Piloté par la Communauté) et celui du forage installé au village de Diawaraya-centre.

Abdoulaye Diallo, habitant de Diawaraya. Crédit photo : JMJ Com

Sous l’ombre généreuse des palmiers de ce beau et paisible village, Abdoulaye Diallo, au milieu des siens raconte : « Avant, nous allions jusqu’à Bangouya, dès fois Kawsara, soit à deux kilomètres et demi d’ici, pour chercher de l’eau au bas-fond, mais actuellement nous sommes soulagés, depuis l’installation du forage ici » raconte-t-il avec le sourire. « Donc nous étions obligés, poursuit-il, de faire la filtration, dès fois, la décantation ou bien nous chauffions l’eau avant de l’utiliser, ce qui nous demandait beaucoup d’efforts à la fois. Mais

Maimouna Diawara, mère engagée pour l’ATPC. Crédit photo : JMJ Com

depuis que nous avons le forage ici, cela relève désormais du passé » se réjouit M Diallo.

Les femmes étaient les plus affectées par la situation qui prévalait, c’est pourquoi Maimouna Diawara est tout aussi satisfaite de l’installation des latrines et du forage « cela fait quatre ans que cette pompe est installée ici. Depuis notre naissance nous puisions de l’eau dans les marais et bas-fonds, à près de trois kilomètres avec un bidon ou un seau d’eau sur la tête. Il y avait tout le temps des gens qui se plaignaient de maux de ventre avec des maladies comme la diarrhée et le paludisme, mais avec le forage ici, nous sommes moins confrontées à ce genre de maladies », s’exclame-t-elle, l’air ravie.

Durant les échanges entre la population et la délégation, les habitants de Diawaraya ont témoigné d’une évolution notoire des mentalités et des habitudes d’hygiène, notamment celles liées à l’utilisation des latrines dans les différentes familles. Le chef du village de Diawaraya, au nom de son village et des villages environnants utilisant le forage de Diawaraya centre, s’est réjoui de la présence de la mission, avant de saluer l’avantage des latrines hygiéniques conseillées par les animateurs et leaders de la communauté.

Au cours de cette rencontre, plusieurs habitants, ont déclaré qu’auparavant, il y avait des déchets de défécation, des moustiques partout et que l’ATPC leur a permis d’éviter les mouches et les moustiques grâce aux latrines hygiéniques couvertes. Les mesures de lavage des mains au savon et la mise à disposition du point d’eau viendront compléter ce dispositif qui leur a également permis de se familiariser avec les pratiques hygiéniques et permis à Diawaraya d’être certifié « FDAL », un an après le début du programme.

À Dominya, dans la commune urbaine de Boffa, la mission a pu visiter l’installation d’adduction d’eau potable sur un défériseur dont le principe est la réduction du taux de fer dans l’eau destinée à la consommation. Selon un agent de Charente-Maritime Coopération qui collabore à ce projet, le défériseur a permis de réduire le taux de fer dans l’eau de 2 mg à 0,2 mg, un taux en conformité avec la norme recommandée. L’équipe a visité par la suite le centre de santé de Dominya, toujours dans la commune urbaine de Boffa. Œuvre de la mission catholique et de la fondation Lysium qui, dans le cadre du partenariat pour l’aspect hydraulique du projet, assure les charges et coûts liés au ravitaillement en énergie du défériseur pour son fonctionnement.

Le défériseur de Dominya. Crédit photo : JMJ Com

La station d’épuration Hydropur de Dondé a été la dernière étape de la mission conjointe. Les habitants du village de Dondé se sont massivement mobilisés pour réserver un accueil chaleureux à l’équipe de la revue: « C’est une station qui tire l’eau d’un cours d’eau situé dans le bas-fond, qui traite cette eau en la rendant potable et la redistribuant à la communauté à travers une borne fontaine » a expliqué Sadiga Camara, Chef de la division animation et maintenance des points d’eau au SNAPE (service national d’aménagements des points d’eaux). Il a, en substance expliqué que le système Hydropur était un projet pilote géré par la Direction Nationale de l’Hydraulique (DNH). Le programme a permis d’assurer la pérennisation de la station Hydropur par l’introduction de système de recharge de téléphone et de comptage des débits et volumes consommés.

La délégation a enfin rencontré les habitants de Dondé qui ont reconnu l’impact positif du changement depuis l’installation de la station Hydropur près de la rivière, car d’après leur porte-parole, elle leur permet de consommer une eau potable, préservant ainsi la santé de leurs enfants.

JMJ avec l’équipe WASH UNICEF Guinée

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire