ledjely.com

SCANDALE/FONCTION PUBLIQUE : Aboubacar Soumah flétrit l’incohérence du gouvernement

Il ne lui a certes pas consacré l’intégralité de ses propos. Mais à l’occasion de l’Assemblée générale ordinaire du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) d’hier, Aboubacar Soumah s’est bien penché sur le cas des fictifs dont le recrutement au ministre de l’Education nationale vient incidemment d’être révélé par le ministre de la Fonction publique.  Pour le secrétaire général du SLECG, cette attitude du gouvernement relève de l’incohérence, eu égard à tout ce qu’il a clamé ces derniers temps. Pour le reste, Soumah a exposé le niveau d’avancement du processus de contrôle du fichier des enseignants.

Récemment, la presse guinéenne a rendu public un arrêté du ministre de la Fonction publique, relatif à la ventilation d’agents du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation dans d’autres départements ministériels. Détail insolite ? Une bonne partie des agents en question sont des communicants du parti au pouvoir dont ne sait comment et pourquoi ils se sont retrouvés à la Fonction publique et à fortiori au ministère de l’Education. Coïncidence troublante cependant ? L’arrêté du ministre intervient à quelques jours du lancement de l’opération d’assainissement du fichier des fonctionnaires du secteur de l’éducation. Bien entendu, tout le monde y a vu une opération de soustraction des agents en question à l’assainissement en perspective. Quant à lui, Aboubacar Soumah trouve que cette attitude trahit de la part du gouvernement une inconséquence notoire. Car, note-t-il, récemment, par rapport à la grève des enseignants, le gouvernement s’était abrité derrière le manque d’argent. Or, pour le secrétaire général du SLECG, « Ce que le ministre de la fonction publique est en train de faire, est une manière de voiler les fictifs que nous nous recherchons, qui viennent grossir l’effectif de l’éducation ».

D’autant qu’Aboubacar Soumah, donnant le niveau d’avancement des travaux préparatoires dudit assainissement, a déclaré : « une commission est mise en place, composée d’inspecteurs d’État qui sont avec nous pour essayer d’élaborer un budget. Et il a été dit par le président (de la commission) que 24 inspecteurs devraient être déployés sur le terrain. Ils ont voulu faire en sorte que ce soit eux seulement. Mais nous avons dit qu’il faut être conforme au protocole d’accord qui dit qu’une commission mixte syndicat – gouvernement doit se rendre sur le terrain pour procéder au recensement ».

Aussi, poursuit-il, 24 autres syndicalistes vont être désignés par le SLECG pour doubler l’effectif.  « Ceux qui seront désignés vont prêter serment devant nous ici, qu’ils ne laisseront passer aucun cas de fraude parce que notre avenir en dépend », précise Aboubacar Soumah.

A noter que des enseignantes titulaires de l’école Jean Paul 2 qui seraient empêchées de dispenser les cours pour fait de grève ont été présentées lors de l’Assemblée. Le SLECG menace de faire un sit-in  dès ce lundi, voire  arrêter les cours si elles ne sont pas rétablies dans leurs droits.

Hawa Bah

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire