ledjely.com

SAHEL: Deby, un gendarme essoufflé

C’est un aveu d’impuissance qui en dit suffisamment sur l’état d’esprit des dirigeants du Sahel, confrontés à la problématique de la lutte contre le terrorisme. Si des voix se sont élevées dans la région pour saluer l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies d’une résolution édulcorée au sujet du déploiement des troupes du G5 Sahel, Idriss Deby, lui, n’est pas content et l’a fait savoir dans l’entretien qu’il a accordé ce week-end à nos confrères de RFI-Le Monde-TV5monde. Ayant des troupes dans tous les conflits de la sous-région, le président tchadien trouve la facture de plus en plus insupportable. Conséquence, il s’agace et dénonce le peu de solidarité de la communauté internationale. Dans la foulée, il fait recours au chantage et menace de retirer ses troupes. Sauf qu’il s’agit là d’une manœuvre dilatoire révélatrice des problèmes économiques auxquels le Tchad est confronté. Problèmes consécutifs à la baisse conjoncturelle des prix du pétrole et qui, de la part des autorités tchadiennes, sont révélateurs d’une gouvernance peu responsable et d’un manque notoire d’anticipation.

Complaintes inadmissibles

Tout d’abord, les complaintes d’Idriss Deby Itno ne tiennent pas. Qu’il se présente en victime dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, n’est pas conforme à la réalité. Tout au contraire, il en est un des grands gagnants. D’ailleurs, c’est le lieu de rappeler que son choix d’intervenir à tout-vent dans la région n’était pas nécessairement justifié par un intime désir d’aider à éradiquer le phénomène terroriste. Il y avait envoyé ses hommes avec l’espoir qu’en s’impliquant dans une bataille aussi stratégique pour les occidentaux, il en tirerait de la part de ces derniers une certaine reconnaissance et qu’il redeviendrait fréquentable. Pari plutôt gagnant, il faut l’avouer. Parce qu’en dépit de la dictature qu’il impose aux siens, des libertés qu’il confisque, des droits qu’il bafoue et de l’opacité qui caractérise sa gouvernance, il reste un interlocuteur adulé par les puissances occidentales. En particulier, François Hollande, jusqu’à son récent départ de l’Elysée, l’a littéralement traité en partenaire qu’il avait en haute estime. Autant de choses qui lui ont entre-temps permis d’occuper la tête de l’Union africaine et de propulser son ex-ministre des Affaires étrangères, au sommet de la Commission de l’instance panafricaine. Idriss Deby n’est donc pas légitime dans le scénario de la victimisation. Les troupes ont peut-être souffert. Mais lui et son entourage ont plutôt trinqué.

Menaces pathétiques et humiliantes

Pour ce qui est de l’appel à l’aide, il faut dire qu’il y a quelque chose d’à la fois pathétique et humiliant dans les menaces proférées par le président tchadien. Qu’en 2017, autrement près de 60 ans après les indépendances, un dirigeant africain en soit encore à faire chanter l’ancien colon pour que ce dernier vienne au secours de ce continent, voilà qui n’a rien d’honorable. Ce type de comportement délégitime de fait tous les apprentis dictateurs qui, quand ils sont en porte-à-faux avec les principes, sont prompts à sortir le fameux souverainisme et l’expression toute faite de « non-ingérence dans les affaires intérieures » de leur pays. Et le comble de la contradiction, c’est qu’Idriss Deby est justement un de ceux qui aiment brandir l’étendard de la souveraineté.

Idriss Deby, la source du problème

Or, dans le cas présent, le président tchadien ne réalise même pas (ou refuse de l’admettre) qu’il est en fait la source du problème qu’il dénonce. En effet, si l’Afrique ne parvient pas à prendre en charge les défis auxquels elle est confrontée dont celui de sa sécurité, c’est certainement parce que beaucoup de ses dirigeant ont le comportement d’Idriss Deby Itno. Autrement, ils créent un contexte sociopolitique si tendu qu’il n’y a aucune place pour les enjeux sociaux et économiques. La politique politicienne règne de manière souveraine. Les membres de l’élite politique passent l’essentiel de leur temps à s’épier et à se neutraliser. Et même quand la nature pourvoie le pays, la corruption et le népotisme font que c’est une minorité qui confisque les richesses au détriment du grand ensemble, obligé de végéter dans la pauvreté et la misère. Les yeux rivés sur les robinets qu’ils surveillent en permanence, les dirigeants n’ont même pas le temps de réaliser la pertinence et la nécessité d’une diversification de l’économie, dans le cas tchadien. Et bien sûr, quand une crise pointe son nez, ils sont enclins à faire porter le chapeau à quelqu’un d’autre.

Boubacar Sanso Barry

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

1 Comment

  1. Siriki

    28 juin 2017 at 12 h 18 min

    Le Président Deby ignore t-il que l’argent est le nerf de la guerre !?
    Quand on est ruiné financièrement, on ne joue plus au Gendarme, on rentre simplement à la maison !!
    À Force de se mêler de ce qui ne le regarde pas, Idriss Deby a conduit son pays dans une impasse.
    Qui t’a obligé à envoyer des troupes à l’étranger !? Personne ; sinon la recherche d’une gloire personnelle, qui a fini par coûter cher au contribuable tchadien.
    Il serait plus sage pour Deby de rapatrier ses troupes au Tchad, les redéployer contre Boko Haram et surtout éviter ce ridicule chantage pour avoir des sous de la part des occidentaux, afin de renflouer les caisses de l’Etat tchadien, désespérément vides.
    Quant à la question de la françafrique, elle est facile à régler pour le Tchad :
    1) le retrait du Tchad de la zone franc.
    Depuis la chute des cours du pétrole, Deby est devenu le plus grand contempteur du franc CFA ; alors qu’en 3 mois, les chinois peuvent lui imprimer une nouvelle monnaie nationale, uniquement tchadienne. Des avions cargos chinois lui livreront alors directement à N’Djamena des billets de 500, 1000, 5000 et 10 000 TOUMAI ;
    2) le retrait de toutes les forces françaises du Tchad.
    Quand on a autant de bases et de militaires français sur son sol, on ne s’érige pas en donneur de leçons !!

    Trêve donc de bavardage et de couardise ; le Président Idriss Deby doit avoir enfin le courage de passer aux actes et arrêter de nous casser les tympans avec ce nouveau refrain, très à la mode ces derniers temps : « il faut couper le cordon ombilical avec la France » !!
    Merci.

    PS : cette situation du Tchad doit alerter les autorités maliennes qui ne peuvent pas continuer à confier leur sécurité à la France. Imaginer un seul instant que la France dise qu’elle en a marre que ses fils se fassent tuer au Mali et refuse de dépenser chaque année des millions d’euros dans le bourbier malien. Quelle catastrophe pour le Mali et la sous-région !!
    Nos armées ouest-africaines (surtout malienne et nigérienne) devront donc se préparer à se passer de la France. A bon entendeur salut !!

Laisser un commentaire

ledjely.com

GRATUIT
VOIR