ledjely.com

REFORME DU SECTEUR DE SECURITE : le PARSS2-RSS s’achève sur des notes de satisfaction

Au terme des quatre années (48 mois) que nécessitait sa mise en œuvre en République de Guinée, le Programme d’appui à la Réforme du Secteur de Sécurité (PARSS2-RSS) a pris fin ce 23 janvier 2019. Aussi, le 22 janvier, une cérémonie solennelle a été organisée dans un réceptif hôtelier de la place pour d’une part marquer l’événement et de l’autre, faire le bilan du programme. Mis en œuvre par le consortium piloté par le cabinet BS EUROPE avec un budget de 7,2 millions d’Euros (environ 72 milliards de francs guinéens financé par le 10ième Fonds européen de développement), il comportait trois principales missions : l’appui aux structures du comité national de pilotage de la réforme du secteur de sécurité (CNP-RSS), la mise en œuvre d’une nouvelle politique de Gestion des ressources humaines et le renforcement organisationnel et fonctionnel du ministère de la Sécurité et de Protection civile ainsi que le renforcement des capacités opérationnelles des structures du MSPC. Des missions dont on se rend compte, à l’heure du bilan, qu’elles ont été effectivement accomplies.

Pour aboutir aux résultats qui lui étaient assignés, le PARSS2-RSS a nécessité la mobilisation de 5 experts principaux et 34 autres non principaux. Par ailleurs, du budget alloué pour la mise en œuvre du programme, plus de 15 milliards GNF ont été consacrés aux investissements (travaux, véhicules, mobilier, équipements, etc.), tandis que 53 milliards 555 millions GNF du même budget ont, quant à eux, été utilisés dans le cadre de la mobilisation de l’assistance technique. Enfin, 500 millions GNF ont servi à mettre en œuvre des actions de communication.

Ces efforts, à travers les stratégies d’appui logistique, de renforcement des capacités institutionnelles et fonctionnelles du ministère de la Sécurité et le Protection civile et de ses organes et plus largement de l’ensemble des ministères en charge du secteur de sécurité, ont débouché sur des résultats probants que sont :

  • L’appui aux structures du comité national de pilotage de la réforme du secteur de sécurité (CNP-RSS)
  • La Gestion rénovée des ressources humaines au Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile (MSPC)
  • L’audit organisationnel et fonctionnel du MSPC et la mise en œuvre des préconisations
  • La cartographie du dispositif sécuritaire en République de Guinée
  • La création et l’opérationnalisation de la Division d’appui opérationnel de la DCPJ
  • Les autres missions (appui à la rédaction de la politique nationale de gestion des risques et catastrophes, appui à la Direction nationale de l’école nationale de police, appui à la sélection et au recrutement des nouveaux agents, appui à la rédaction de la loi sur le maintien de l’ordre)

Des résultats aux implications concrètes, en somme. A titre d’illustration, la cartographie du dispositif sécuritaire aura notamment permis de réaliser que 63,16 % et 57,29 % des effectifs respectifs de la police et de la gendarmerie sont déployés et servent dans la zone de Conakry. Par ailleurs, on en apprend que dans les services de police et de la gendarmerie, les femmes sont faiblement représentées, avec respectivement 16,16% et 10,29%. Quant à la Gestion rénovée des Ressources Humaines au MSPC, elle se traduit concrètement par :

  • La rédaction d’une politique commune de GRH pour les départements liés à la RSS
  • L’organisation du partage des attributions de gestion entre le ministère de la Fonction publique, de la Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’administration (MFPREMA) et les autres ministères sectoriels à partir de la plateforme unique d’information du MFPREMA
  • L’appui à l’opérationnalisation de la DRH du MSPC (rédaction de textes d’application, élaboration d’outils de gestion, etc.)
  • L’appui à l’informatisation de la DRH du MSPC (équipement bureautique et informatique de la DRH, adaptation de la base de données, etc.)

Autant d’acquis qui amènent le président de la commission technique de suivi (CTS), Dr. Diéliman Kouyaté, à conclure que : « le PARSS a été d’une utilité essentielle parce qu’on peut parler aujourd’hui de bilan de la Réforme du Secteur de Sécurité initié par le président de la République. Il a participé à l’accompagnement sous les deux axes essentiels de la Réforme du Secteur de Sécurité portant notamment sur l’élaboration et la conception de l’appropriation des documents-cadres de la Réforme du Secteur de Sécurité, tout en aidant à redéfinir un cadre légal, institutionnel, règlementaire ayant permis d’établir le lien entre la sécurité et le développement. Parce qu’il n’y a pas de développement sans sécurité. Il n’y a pas de sécurité non plus sans paix. Le PARSS a donc été présent aux côtés de la Guinée, pour nous aider à revenir aujourd’hui dans un Etat sécuritaire appréciable ».

Toutefois, la pérennisation des acquis, au-delà du programme demeure le défi que les autorités guinéennes devront relever.

Boubacar Sanso BARRY

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire