ledjely.com

RECENSEMENT DES ENSEIGNANTS : les enquêteurs en formation

Ce mercredi 13 mars, le processus devant déboucher sur l’opération d’assainissement du fichier des enseignants, est certainement entré dans une phase décisive. En effet, la formation des 30 enquêteurs qui devront réaliser l’opération a démarré, à l’université général Lansana Conté (UGLC) de Sonfonia. Durant trois jours, ils devront s’approprier le questionnaire de recensement, l’itinéraire qui sera celui de chacun d’entre eux ainsi l’utilisation des smartphones qui vont leur servir d’outil de collecte des informations et de transfert des informations collectées dans la base des données. 

A l’entame, Pr. Amadou Bano Barry, président de la commission d’assainissement du fichier des enseignants et formateur de circonstance a expliqué que le questionnaire a notamment trait au profil des enseignants. Pour les enseignants en situation de classe, dit-il, il sera question de nombre de cours dispensés et de volume horaire. « Le questionnaire est composé de 57 questions, mais tous les enseignants ne répondent pas à toutes, parce qu’il y’a des questions spécifiques aux gens de l’enseignement technique et de l’enseignement supérieur. Il y’a aussi des questions qui sont spécifiques à ceux des autres ministères dont le salaire est toujours domicilié à l’intérieur de l’éducation », précise-t-il.

Pour lui, il s’agit d’une opération à 3 niveaux. D’abord, les résultats du recensement de février 2018 feront l’objet de vérification. Ensuite, on se penchera sur la question des 11 548 retirés récemment par l’inspection d’Etat. Enfin, on disposera des résultats qui découleront du recensement qui sera prochainement lancé.  « C’est l’ensemble de ces paramètres que nous allons croiser. Ensuite, nous allons produire des fichiers Excel que nous allons mettre à la disposition du gouvernement, qui vont permettre de distinguer l’ensemble des catégories à l’intérieur du système éducatif », explique Pr. Bano. A l’issue de cette opération, ajoute-t-il, il sera loisible au gouvernement de faire une analyse financière qui va permettre de déterminer les économies réalisables.

Mais il n’y a pas que la question de la déperdition financière qui sous-tend l’opération ne perspective.  Selon le président de la Commission, le recensement permettra aussi d’effectuer une géolocalisation de l’ensemble des écoles du pays afin de déterminer notamment les besoins en termes d’infrastructures. Pr. Bano s’est toutefois gardé de se prononcer sur le budget de l’opération. « J’ai dit publiquement à tout le monde ce que prend en charge le budget et comment il va être dépensé. Il y’a une transparente totale là-dessus. Mais, de là à vous donner le montant du budget, d’après ce qu’il m’a été dit, il n’y a que trois personnes auxquelles je dois dire exactement le budget : l’inspection d’État s’il y’a une inspection, le premier ministre et le président de la république », précise-t-il.

Du côté des syndicalistes, Aboubacar Soumah, secrétaire général Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) dénonce un risque de biais dans le recensement. De fait, il accuse les autorités à tous les niveaux des établissements scolaires d’avoir octroyé des numéros matricules à des individus qui sont effectivement maintenant mutés et en situation de classe, mais qui ne relèveraient (en temps ordinaire) du système éducatif. A cette inquiétude, Vassy Gérard Sômou, du Bureau exécutif de l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG), répond que les enquêteurs sauront dénicher ces manœuvres. « Nous sommes motivés parce que nous tenons à ce que le salaire des enseignants soient améliorées », assure-t-il.

A préciser que le recensement concerne environ 55 000 personnes dont 48 871 fonctionnaires enseignants, des vacataires, des homologués, des expatriés, des contractuels d’Etat et communautaires. Après cette formation, les enquêteurs seront répartis en 10 groupes suivant 5 lignes : Boké – Kindia – Labé – Kankan – Faranah. Le recensement débute le 18 mars prochain et se poursuivra pendant 30 jours.

Hawa Bah

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
Avatar
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire