ledjely.com

RAMADAN : les prix des denrées stables

Est-ce la conséquence du compromis entre les opérateurs économiques et les autorités ? En tout cas, contrairement aux années précédentes, alors que le jeûne de ramadan commence ce jeudi, les prix des denrées de première nécessité restent stables à Kankan. A défaut de baisser les prix de leurs produits, les commerçants renoncent à la spéculation. C’est du moins le constat établi par notre correspondant.

Sur l’ensemble des grand marchés de la ville de Kankan, à l’image de ceux de Dibida et Lofèba, les prix  des produis de forte consommation n’ont pas enregistré de hausse.  En effet, le sac de riz  de 50 kg coûte toujours 285.000 GNF dans la plupart des magasins. Même si par endroit, on note une légère augmentation de 10. 000 GNF. Le sac de  sucre a connu une légère baisse. Auparavant Vendu à 330.000 GNF, il est proposé désormais à 300.000 GNF aujourd’hui. Le sac de farine, lui, reste fixé à 255.000 GNF.

L’huile de palme et celle d’arachide sont aussi des denrées nécessaires en cette période de jeûne. Le bidon de 50 kg coûte respectivement 160.000GNF et 210.000 GNF.  Le Kilo du gingimbre est à  10.000GNF, tandis que  le kilo de  viande  est maintenu à 35.000G NF.  Le kilo de  dattes, également très prisées en cette période, est à 16.0000 GNF, alors que celui  de l’oignon varie entre  7 et 7.500 GNF.

Cette situation s’expliquerait selon bon nombre de commerçants en grande partie par la récente négociation ayant réuni à Conakry, les opérateurs économiques et les cadres du ministère du commerce.

« Je crois que c’est le résultat des accords trouvés à Conakry. Les marchés de chez nous, sont ravitaillés à partir de Conakry, même si d’autres produis nous viennent aussi du Mali voisin. La stabilité de notre monnaie  face aux devises a  aussi permis de maintenir le prix de la plupart des produits », explique Moussa Sidibé, opérateur économique de la localité.

Au niveau de la population tout le monde s’en réjouit. « On a presque du mal à y croire. D’habitude, on assiste en cette même période à une montée vertigineuse des prix sur l’ensemble des marchés. On espère qu’il  n’y aura aucun changement brusque tout le long du mois », déclare Kadiatou Diallo, mère de famille rencontrée au cœur du marché Dibida.

 Cheick-Sékou BERTHE correspondant régional www.ledjely.com.

Contact : 620 008 985

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire

ledjely.com

GRATUIT
VOIR