ledjely.com

PROCES GRENADE : réquisitoire vs plaidoiries

Comme nous l’annoncions hier, le procès entre opposant le ministère public à Boubacar Diallo alias Grenade, accusé de « tentative de meurtre et détention illégale d’armes », s’est poursuivi ce 12 février au tribunal de première instance de Dixinn. L’audience d’aujourd’hui, a été consacrée au réquisitoire du procureur et aux plaidoiries.

Dans le cadre de son réquisitoire de ce matin le procureur de la République, Sidy Souleymane N’diaye, a décrit l’accusé comme une ‘’personne dangereuse’’.  Partant et s’appuyant notamment sur l’article 206 du code de procédure pénale, il a requis 20 ans de détention criminelle…. Pour lui en fait, celui-ci n’a droit à aucune clémence. Son sobriquet ‘’Grenade’’, selon lui, du danger dont il est propagateur.

Justement, Me Salifou Beavogui, un des avocats de la défense, s’élève contre cette appellation de son client : « Je ne veux plus qu’on continue à l’appeler grenade, parce que ce nom grenade ne figure pas sur son extrait de naissance. Qu’on évite ça, c’est de l’extrapolation ! Vous avez compris ici ce matin, monsieur le procureur de la république s’est longuement attardé sur ce nom grenade. Il est allé jusqu’à préciser qu’il y a deux types de grenade (grenade défensive et grenade offensive), et que notre client est une grenade offensive. Tout cela est de nature à diaboliser un accusé. »

Plus globalement, le collectif des avocats de la défense reste optimiste.  « Le procureur n’a pas pu donner une preuve palpable et tangible. Donc, nous pensons qu’à l’issue de la plaidoirie de Me salifou Beavogui, la semaine prochaine, le tribunal criminel rendra une décision sage en libérant purement et simplement monsieur Boubacar Diallo », déclare Me Alseny Aïssata Diallo.

Hawa Bah

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire