ledjely.com

PRIX DU CARBURANT : les Forces sociales essaient rebondir

Leur capacité d’action ayant été sérieusement entamée par la décision d’interdiction des manifestations par le gouvernement, les Forces sociales de Guinée (FSG), dans leur contestation de la hausse du prix du carburant, intervenue le 1er juillet 2018, envisagent d’autres stratégies. Dans cette optique, elles essaient de mutualiser leurs efforts avec ceux notamment des centrales syndicales CNTG, USTG et COSATREG. Justement, en compagnie de ces structures syndicales, elles ont animé hier une conférence de presse au cours de laquelle elles ont annoncé d’autres initiatives susceptibles de relancer la dynamique de la protestation et avec l’objectif de ramener le prix du carburant à 8000 GNF.  

Au cours de cette conférence de presse, c’est essentiellement Ahmed Sekou Traoré qui s’est exprimé pour faire part des nouvelles stratégies envisagées. Il s’agit en tout premier lieu, selon lui, d’une action judiciaire contre la décision de l’interdiction des manifestations par le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation. La mise en œuvre de cette action aurait déjà commencé, à l’en croire.

Les activistes de la société civile envisagent également l’organisation d’un meeting géant sur le terrain de Nongo avec pour objectif de « dénoncer et remobiliser les citoyens face à la réduction du prix du carburant à 8000 GNF ». Il y a également l’animation par les Forces sociales et le mouvement syndical d’émissions radio en synergie. Un sit-in devant l’Assemblée nationale avec là aussi pour objectif de rappeler aux parlementaires qu’ils sont  « élus par le peuple et qu’ils doivent œuvrer à ce que l’Exécutif reste et demeure à l’écoute du peuple ». Enfin, une marche pacifique est aussi inscrite au programme mais dont l’itinéraire reste à « définir ».

Balla Yombouno

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire

ledjely.com

GRATUIT
VOIR