ledjely.com

PETITE HISTOIRE : Aux sources de Forécariah

 Entre ‘’Forécariah’’, du nom de cette préfecture de la Guinée, frontalière avec la Sierra Léone, et  le nom de celui qui a donné ce nom, le fossé n’est pas particulièrement mince. En effet, selon ce que nous a confie un sage, le fondateur de cette ville qui a fini par supplanter le royaume du Moriah s’appelait, Fodé Katibi Touré. Lui et les siens se sont tout d’abord établis à Alassoyah, repoussant ainsi la commuauté Mandenyi, première à occuper l’espace, vers Samou.

Mais on ne peut pas dire que l’inimité régnait entre les deux camps. Car Fodé Katibi  réussit à épouser Menké, l’une des filles du chef des Mandenyi.  Plus tard, Fodé Katibi fu rejoint par ses frères cadets, Fodé Boubacar  Yansané et Fodé Boubacar Fofana. Mais le pouvoir politique est tout naturellement confié aux soins de l’ainé. Fodé Boubacar Yansané, pour sa part, hérite de la gestion des différends et des conflits domaniaux. Et le dernier de la fratrie Fodé Boubacar Fofana, se voit confier la chefferie  religieuse.

En tant que beau-père de Fodé Katibi, c’est au chef des Mandenyi qu’il a été demandé de choisir l’emplacement de la mosquée centrale de Forécariah.  Et selon la légende, pour honorer la requête, il aurait suggéré au trio d’aller à la chasse de l’antilope. Il leur a ensuite demandé de bien retenir l’endroit exact où le gibier rendrait, car ce serait bien là que la mosquée serait édifiée.

Avec le temps, les préoccupations, comme l’espace territorial, ont bien entendu évolué. La ville s’est en particulièrement fortement urbanisé avec les nombreuses routes secondaires qui la serpentent. Bien que ce réjouissant de cette initiative de nature à embellir et moderniser leur ville, les descendants de Fodé Katibi Touré implorent surtout de l’emploi pour les jeunes.

Membre de la Coordination des sages de Forécariah, Douramodou Touré demande en particulier que l’on songe à prioriser les jeunes du terroir quand des sociétés viendront s’installer sur les terres à la fois agricoles et minières de Forécariah. Encore qu’il faut tout d’abord sortir ces jeunes des griffes de la drogue, l’autre fléau qui les guette.

Balla Yombouno

631 97 03 03

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire