ledjely.com

N’ZEREKORE : les parents d’élèves perdent patience

Face à la grève qui s’enlise dans le secteur de l’éducation en Guinée, chez certains parents d’élèves, l’agacement et la colère commencent à se manifester. La perturbation des cours qui oblige les enfants à rester dans les foyers pousse quelques parents à hausser le ton et à exiger du gouvernement qu’il entre en négociation avec les grévistes, pour débloquer la situation.

Trop c’est trop ! Ce sont là quelques propos de parents d’élèves de N’zérékoré que notre correspondant a rencontrés. D’une manière générale, tous les parents avec lesquels notre rédaction s’est entretenue exhortent le gouvernement à ouvrir un dialogue franc avec le groupe du syndicaliste Aboubacar Soumah. Pour Frédéric Loua par exemple, la grève a atteint un paroxysme tel que le gouvernement doit, selon lui, « sortir de sa démagogie pour tendre une main franche aux syndicalistes ». Au micro de notre collaborateur, de plus en plus gagné par la colère et le dépit, il a déclaré :

C’est l’avenir de nos enfants qui est en jeu. Il faut que les autorités arrêtent. Trop, c’est trop ! Ça fait deux semaines que nos enfants ne vont pas à l’école.  Que le gouvernement fasse d’un peu plus de responsabilité.

Pour les mêmes raisons, Fatoumata Diallo, mère de trois élèves évoluant dans le privé, menace, à son tour :

On a fini de payer la scolarité, mais les cours sont bloqués. Vraiment l’Etat a encore prouvé son incapacité dans la gestion des crises. Mais si rien n’est fait dans un bref délai, nous les parents d’élèves, nous nous ferons entendre.

Et Moussa Kourouma, commerçant de profession, de renchérir : Si la situation ne les préoccupent pas, c’est par ce que tous leurs enfants étudient à l’étranger. Nous les pauvres, ce sont nos enfants qui paient les frais de cette pagaille.

Il faut signaler que depuis le déclenchement de la grève version Aboubacar Soumah, le 12 février dernier, à N’zérékoré, les écoles primaires, secondaires et établissements d’enseignement technique et professionnel sont paralysés et les enseignants continuent à observer la grève.

Niouma Lazare Kamano, correspondant régional Guinée Forestière pour www.ledjely.com

Contact : 6227883505     

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire

ledjely.com

GRATUIT
VOIR