ledjely.com

N’ZEREKORE : les droits des femmes au centre d’un atelier de formation

Ouverture, ce mardi 10 juillet à N’zérékoré,  d’un atelier  à l’intention des hommes et des femmes de média. Objectif : renforcer leurs capacités en matière de lutte contre les violences basées sur le genre (VGB) et  pour la promotion de la liberté d’expression des femmes et des filles. Initié par le sous bureau du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme en collaboration avec le ministère de l’Action sociale, de la Promotion féminine et de l’Enfance,  la rencontre réunit une quarantaine de journalistes de la région.

Ils sont venus des préfectures de Beyla, Gueckédou, Macenta, Lola, Yomou et N’zérékoré  pour  prendre part à cette formation. Durant deux jours, ils  abordent les thématiques suivantes: les mécanismes internationaux de promotion et de protection des droits de la femme, la situation nationale de protection des droits de l’homme et de la femme. Le modèle de communication sur les VBG avec des stratégies et des conseils pratiques et les techniques d’enquête sur la violation des droits de l’homme en général et les VBG en particulier.

Dans son discours de circonstance, le chef du sous bureau du Haut-commissariat aux droits de l’homme de N’zérékoré, Chanel Kavabushi a souligné que la promotion des droits de l’homme  passe par  l’information des citoyens sur leurs droits et devoirs.  Et, ajoute-t-il,  le journaliste à un rôle très capital dans ce sens. « Pour accomplir sa mission, le journaliste  doit être outillé afin qu’il puisse donner des informations sûres et vérifiables. C’est pour cette raison qu’on a voulu renforcer les capacités des journalistes », a-t-il déclaré.

De son côté, Amadou Sidy Diallo,  Directeur régional de l’Action sociale, de la Promotion féminine et de l’Enfance de N’zérékoré a indiqué que les professionnels des médias sont des partenaires incontournables dans la diffusion des dispositions des textes juridiques qui protègent les droits des femmes. Pour lui, les textes juridiques qui protègent les femmes ne sont pas suffisamment connus même par les autorités.  C’est pourquoi, il a saisi l’opportunité pour  demander l’apport des médias dans la vulgarisation de ces textes juridiques.

Avant d’ouvrir les travaux, le Directeur de cabinet du gouvernorat de N’zérékoré, Jean Smith Sandy, a déploré le fait que les femmes soient souvent victimes de violences. «  Aujourd’hui plus qu’hier,  les femmes sont quotidiennement objet de coups et blessures, de harcèlement sexuel, de viol, d’exploitation économique, de mariages précoces et de violences conjugales. Certains de ces comportements dégradants sont souvent réglés en famille au détriment des instruments juridiques protégeant les droits des femmes », a-t-il  dénoncé.

Niouma Lazare Kamano correspondant régional pour www.ledjely.com

Contact : 622783505

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire

ledjely.com

GRATUIT
VOIR