ledjely.com

N’ZEREKORE : des élèves exigent la libération du principal de leur collège

Dans la commune urbaine de N’zérékoré, les élèves du groupe scolaire privé, Dr Moustapha Koutoubou Sanoh étaient dans la rue, ce jeudi 4 avril 2019, pour demander la libération de leur principal. Ce dernier est incarcéré depuis mardi pour détournement dont il serait l’auteur, apprend-on de la fondation de ladite école. Les autorités éducatives de N’zérékoré jouent aux sapeurs-pompiers afin de trouver une issue favorable.

Dans la matinée de ce 4 avril, plusieurs élèves du groupe scolaire privé Dr Moustapha Koutoubou Sanoh, situé au quartier Tilépoulou sont descendus dans la rue pour réclamer la libération de leur principal. Regroupés devant le tribunal de 1ère instance de N’zérékoré, les manifestants ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire :« Libérez notre prof » ou encore « Nous voulons notre professeur ».

Dans la foulée, le président du comité des élèves, Mory Saran Condé est revenu sur les raisons de leur mécontentement : « depuis avant-hier, le principal a quitté l’école pour venir répondre à une convocation à la gendarmerie. Entre temps, il m’a envoyé un sms m’informant qu’il est détenu à la prison civile ».  Il ajoute que les élèves ont adressé une correspondance au procureur afin qu’il accorde une liberté provisoire à Aboubacar Cherif pour leur permettre de faire la prise des photos des candidats au brevet, mais en vain ! « Aujourd’hui, nous sommes-là pour demander la libération de notre professeur qui nous donne les cours de maths, chimie et physique. Il est en même temps principal de l’établissement », martèle-t-il.

Mais du côté de la fondation de l’école, on reproche à Aboubacar Chérif, principal et gestionnaire du groupe scolaire Dr Moustapha Koutoubou Sanoh, un détournement de 55 millions 160.000 GNF.  « On a confié la gestion de l’école à Aboubacar Chérif, mais on ne comprend rien. Sur les 60 millions et poussière que l’école doit donner comme fonds, je n’ai trouvé que 7 millions 350 milles. Les 55 millions 160 mille de francs guinéens ne sont pas justifiés. Et je suis d’abord passé par la police et la gendarmerie. Chaque fois, il prend des engagements qu’il n’honore pas. C’est pourquoi j’ai décidé de le trimbaler à la justice », explique Ibrahima Diabaté. Il ajoute que la réaction des élèves ne peut pas l’empêcher de réclamer son argent. « Ce que je peux faire pour eux, c’est de chercher les professeurs de chimie, physique et maths dans le cadre de leur formation. Et ça, c’est déjà fait » dit-il.

Informées, les autorités éducatives se sont aussitôt rendues sur les lieux pour calmer les élèves. Elles ont aussi promis une éventuelle reprise des cours dans l’établissement dans un bref délai.

N’zérékoré, Niouma Lazare Kamano pour ledjely.com

Contact : +224622783505

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
Avatar
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire