ledjely.com

NEGOCIATIONS : une nouvelle stratégie de la part du syndicat

On pourrait penser que c’est un progrès. Mais en fait, il n’en est surtout pas un. La nouvelle posture que les syndicalistes ont affichée ce jeudi lors du round de négociations qui a eu lieu au ministère de la Fonction publique est juste un réajustement dans leur stratégie. Alors que jusqu’ici ils étaient arc-boutés autour du préalable relatif au retour du prix du carburant à 8000 GNF, ils se repositionnent désormais sur les mesures d’accompagnement. Estimant que de ce point de vue, leurs arguments sont plus légitimes et en cohérence avec leur mission de défense des intérêts moraux et matériels des travailleurs, ils réclament une hausse substantielle des salaires. L’autre idée qui se cache derrière cette évolution étant l’espoir d’accrocher un peu plus l’intérêt des travailleurs et relancer la dynamique de la contestation.

Mamadou Mansaré ne s’en cache même pas.  « La nouvelle directive,  c’est d’amener tous les travailleurs  à adhérer au mouvement de grève », avoue-t-il. Puis, de justifier : « Chaque fois qu’on parle de 8000 GNF comme  prix du litre, le travailleur ne sait pas ce que  c’est  (…),  parce que  tout le monde n’a pas de véhicule. Mais une fois que  tu dis à quelqu’un  qu’il faut que son salaire soit rehaussé de 10 millions GNF  pour qu’il puisse vivre,  je crois que chacun va  sentir ».

Du coup, en précisant que cette nouvelle exigence est non négociable et que la grève prévaudra jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite, les syndicalistes font part de leurs nouvelles revendications. « Nous demandons pour tous les secteurs (public, privé et mixte), 10 millions GNF sur le salaire de chaque travailleur (ainsi que) la multiplication à 100% des pensions civiles et militaires,  y compris pour ceux qui sont enregistrés à la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) et à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) », a déclaré Mamadou Mansaré. En outre, le syndicat demande le triplement du SMIG et l’homologation des prix des denrées de première nécessité (riz, sucre, huile, tomate, etc.) et des matériels stratégiques (tôles, ciment, peinture, etc.).

Pourtant, du côté du gouvernement, l’inspecteur général du travail, Alia Camara, évoque une avancé dans les discussions. « Quelques propositions ont été faites, notamment en termes d’amélioration des conditions salariales, tous secteurs confondus, en termes d’amélioration des pensions de retraite et en termes d’amélioration du SMIC. Ce sont ces trois éléments qui ont été soulevés par la partie syndicale. Le gouvernement a pris bonne note de cette nouvelle avancée. Jusqu’ici, nous étions bloqués au niveau des préalables, le syndicat avait toujours sollicité que le gouvernement revienne à 8000 GNF. Donc aujourd’hui les verrous ont sauté. Nous sommes en train de discuter des mesures d’accompagnement », a-t-il déclaré avec une pointe d’optimisme.

Balla Yombouno

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire