ledjely.com

MEDIAS : vers une meilleure prise en compte du genre

Parce qu’elle est convaincue que les médias, à leur insu quelque fois, continue à entretenir stéréotypes et préjugés tendant à discriminer les femmes, l’Association des femmes journalistes de Guinée (AFJ-Guinée) a imaginé et met en œuvre  un projet intitulé : « Promotion des droits humains et égalités des sexes : le journalisme sensible  genre ». Dans le cadre justement du lancement des activités de mise en œuvre de ce projet, l’AFJ-Guinée, a organisé hier une journée dite de partage avec pour objectif d’aider les journalistes des rédactions de mieux cerner les questions du genre dans le traitement de l’information afin de mieux lutter contre les inégalités sociales, la discrimination et les stéréotypes.

En définitive, le projet se propose de former une centaine de journalistes sur toute l’étendue du territoire national en vue de les préparer à identifier et prendre conscience du rôle qui est le leur dans la déconstruction des inégalités sociales dont les femmes sont l’incarnation. Quant à la pertinence de la démarche, Afiwa Mata, la présidente de l’AFJ-Guinée s’en explique :

 Nous vivons dans une société ou les inégalités sociales sont nombreuses et les femmes en  subissent plus. Donc, notre objectif c’est de développer un ensemble de formations en direction des journalistes qui leur permettront de porter les lunettes genre. Cela pourrait également améliorer l’intervention des femmes dans les médias.  C’est aussi une façon pour nous de développer au sein des medias les compétences chez les journalistes à traiter l’information en prenant en compte la dimension genre. Les femmes représentent un peu plus de 29 % dans la profession aujourd’hui sur le rapport sur le paysage médiatique en Guinée. Donc notre objectif c’est aussi amener beaucoup plus de femmes à accéder à ce métier mais aussi les amener à arriver au top management.

Partenaire du projet, le PASOC, à travers son régisseur,  Ababacar  N’Diaye, a profité de l’occasion pour rappeler les raisons qui ont justifié que le projet de l’AFJ-Guinée ait été retenu par son organisme

Le projet qui nous réunit aujourd’hui (sur le sujet genre) est un projet innovateur pour nous les  révolutionnaires. Parce que c’est un projet qui fait partie d’une quarantaine de projets retenus  dans le cadre d’un appel à proposition que le PASOC (programme d’appui à la société civile), financé par l’union européenne, avait lancé. Donc, ce projet  a pour objectif d’appuyer le repositionnement de la société civile en Guinée. Surtout l’accompagner pour la consolidation de l’Etat de droit, de la démocratie mais surtout à travers la prise en compte du genre. C’est pourquoi ce projet est important et innovateur. Parce que le genre est un sujet brûlant et d’une très grande importance pour nous

De son côté, la ministre de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance a réitérée l’accompagnement de son département. Selon Sanaba Kaba, le journaliste est avant tout un éducateur. Elle en conclut d’ailleurs que le projet aura des ramifications dans d’autres secteurs de développement :

Si on parle des questions de  l’égalité des sexes, c’est aussi une question d’éducation mais surtout une question de survie aujourd’hui. Et si les journalistes s’engagent dans ce domaine, cela ne peut que nous réconforter et nous donner l’espoir que des bons messages vont être véhiculés au niveau des différents organes de médias de notre pays. Les populations, la dirigeants et les partenaires financiers vont tous être sensibilisés sur cette question du genre et que le genre sera pris en compte dans tous les domaines de la vie. Ce qui peut nous donner un espoir quant au développement de notre pays, puisqu’on ne peut pas mettre plus de la moitié d’une population en marge et espérer avoir la paix et la quiétude sociale.

Aminata Kouyaté

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire

ledjely.com

GRATUIT
VOIR