ledjely.com

MEDECINE TRADITIONNELLE : vers la structuration du secteur

La Fédération  guinéenne des associations des guérisseurs  traditionnels et herboristes de Guinée (FEGACTH) était ce vendredi 2 novembre 2018, dans le cadre d’un échange portant essentiellement sur les messages à caractère publicitaire que les médias diffusent au nom d’un certain nombre de tradi-praticiens. Dans le souci d’une meilleure structuration du secteur, les acteurs de la médecine traditionnelle souhaitent que s’arrête la diffusion de ces messages. De même, ils préconisent des acteurs au niveau national.

A en croire Dr. Mamady Daman Traoré, le président de la FEGACTH, la sortie de ce vendredi résulte du constat de la présence sur le sol guinéen de soi-disant tradi-praticiens que la Fédération ne connait, ni ne reconnait, mais dont les messages passent en boucle sur les médias guinéens. C’est là, selon lui, le reflet d’une anarchie qui fait peser de gros risques sur les patients potentiels. « Nous voulons savoir si les guérisseurs qui disent qu’ils sont capables de guérir un patient, connaissent les feuilles,  les écorces, les tiges, la dose normale de la feuille et les racines qu’il faut utiliser pour traiter. S’ils ne sont pas au courant, s’ils ne connaissent  pas le dosage du traitement, cela  peut  provoquer d’autres maladies alors qu’ils sont censés traiter et guérir le patient et non créer des complications chez ce dernier », s’indigne Dr. Mamady Daman Traoré.

Le risque, selon lui, est d’autant plus grand que parmi les prétendus guérisseurs qui inondent le sol guinéen :

ll y en  a qui ne sont pas formés, il y  en a qui ne connaissent pas le dosage des médicaments que le patient doit prendre, il y  en a qui disent qu’une seule plante est capable de traiter  plus de dix maladies à la fois. Ce qui n’est pas vrai.

Puis, catégorique, il assène : « Nous voulons à partir de l’instant que cela s’arrête ».

Et pour que la rupture soit, une nouvelle décision est édictée par la Fédération : « Toute personne qui se réclame guérisseur traditionnel doit  être reconnue par la fédération avant d’exercer toute activité sur le terrain, sinon la personne risque des sanctions ou des arrestations, voire des poursuites judiciaires », décrète le président.

Une des meilleures illustrations de la confusion qui prévaut dans la corporation, révèle le président, c’est le fait que «  la publicité  des produits d’un guérisseur traditionnel-un certain Moussa Traoré-qui est décédé depuis des années continue de passer sur les ondes de certaines radios privées. Donc, c’est le fantôme de ce dernier qui  parle et qui continue à guérir les patients ».

Aussi, pour mettre fin à cette pagaille, la Fédération annonce un recensement exhaustif de l’ensemble des tradi-praticiens du pays pour disposer d’une base de données, avec notamment les informations relatives à chaque guérisseur. Ensuite, une formation sur la médecine traditionnelle devrait être dispensée à tous les membres qui auront été répertoriés.

Balla Yombouno

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire

ledjely.com

GRATUIT
VOIR