ledjely.com

LOLA : l’environnement au cœur d’une concertation guinéo-ivoirienne

La préfecture de Lola, en Guinée forestière, a abrité les 20 et 21 décembre 2018 un atelier sous régional qui s’inscrivait dans le cadre de la concertation guinéo-ivoirienne sur la gestion transfrontalière des réserves classées de Déré, Mont Nimba et Téapleu. L’esprit de la rencontre ? La protection des massifs forestiers situés entre les deux pays et le maintien des liens séculaires entre les deux peuples.

Initiée par le ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts de la Guinée, cette rencontre a connu la participation d’une soixantaine de cadres venus de la Guinée et de la Côte d’Ivoire, issus des services techniques de l’environnement, des ceux de la défense et de la sécurité et quelques administrateurs territoriaux des deux pays.

Dans son discours de circonstance, le préfet de Lola, Sâa Yola Tolno, a rappelé que la forêt de Déré couvre une superficie de 8920 hectares. « L’administration coloniale française lui a donné le statut de forêt classée ». Selon lui, cette forêt, autrefois, était constituée d’une végétation très dense, pleine de faunes sauvages et arrosée par des cours d’eau intarissables en toutes saisons. Mais cette période-là est désormais révolue, regrette le préfet. « Depuis les années 90, ce massif forestier est attaqué par des communautés riveraines de la Guinée, de la Côte d’Ivoire et même par des personnes de nationalité étrangère. Aujourd’hui, avec l’effet des hommes, on n’y trouve que des ilots de forêt par endroit », fait-il remarquer en effet.  Aussi, constate-t-il : « c’est pour sauver ces forêts et éviter les conflits entre Guinéens et Ivoirien que cette rencontre a été initiée ».

Du côté de la cote d’ivoire, le préfet de Danané, chef de mission, Diarra Karim a déploré l’état de dégradation de la forêt Téapleu située sur son territoire. « Cette forêt ivoirienne est en perpétuelle souffrance du fait de la déforestation Elle est passée de 16 millions à moins de 3 millions d’hectares, sous l’effet conjugué de plusieurs facteurs anthropiques », a-t-il expliqué. Par conséquent, il se réjouit de la mise en place du cadre de concertation qui, selon lui, fruit d’une coopération transfrontalière, devrait aider à renforcer  la protection des espaces forestiers entre les deux pays. « La rencontre est guidée par la volonté commune de raffermir la fraternité et le bon voisinage qui ont toujours existé entre nous, Ivoiriens et Guinéens », a-t-il relevé.

Dans son discours d’ouverture des travaux, le secrétaire général du ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts de la Guinée, Seydou Barry Sidibé a souligné : «les origines de cette destruction résulte du fait qu’il y a une autorisation attribuée à une société d’exploitation forestière appelée Wandy. Celle-ci  a procédé à l’ouverture des pistes dans cette forêt, occasionnant la pénétration des populations venant de partout ». Pour lui, il est temps de prendre à bras le corps la protection des forêts pour les générations futures. Après cette rencontre, a-t-il promis, un plan d’action budgétisé sera élaboré pour permettre aux parties prenantes d’aboutir à une protection efficace des couverts végétaux.

Il faut rappeler que le président Alpha Condé lors de sa tournée à Lola avait demandé le déguerpissement des occupants de la forêt Déré.

N’Zérékoré, Niouma Lazare Kamano correspondant régional pour ledjely.com

Contact : 622783505

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire