ledjely.com

Les enfants aux commandes à l’Assemblée nationale

« 97 députés présents sur 114 inscrits, le quorum est atteint. Je déclare ouverte cette session. » C’est sur ces mots que la Secrétaire générale du Parlement des Enfants de Guinée, Aissatou Fofana, a lancé les travaux de la session plénière de l’Assemblée nationale ce 20 novembre 2017. Cette « prise du pouvoir » par les enfants parlementaires a été organisée pour marquer la Journée Mondiale de l’enfance, date anniversaire de l’adoption de la Convention des Droits de l’Enfant (CDE) le 20 novembre 1989 par l’Assemblée générale des Nations unies.

Cet événement phare était l’occasion de mettre en lumière les besoins prioritaires des enfants et de faire un plaidoyer au plus haut niveau pour que les droits de tous les enfants soient respectés.

Étaient présents lors de la plénière, le président de l’Assemblée nationale Claude Kory Kondiano, ainsi que plusieurs députés, la Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, Mariama Sylla, les représentants du gouvernement, plusieurs ambassadeurs, les représentants de l’UNICEF et de l’UNESCO.

Au cours de la session, plusieurs députés juniors se sont succédé à la tribune pour exposer les enjeux pressants auxquels sont exposés les enfants en Guinée. Parmi eux, Bibatou Kalabane, 11 ans. Elle a lancé un vibrant appel à l’attention des députés de l’Assemblée nationale, ambassadeurs et autorités présentes, les interpellant en ces termes: « Chers aînés, saviez-vous que le développement du cerveau de l’enfant avant 6 ans jette les bases de ce qu’il peut devenir ? » Elle a partagé ses aspirations, souhaitant que tous les jeunes enfants « aient accès à des jeux éducatifs et des installations récréatives, qu’ils développent leur intelligence et leur créativité auprès d’adultes aimants et bienveillants».

Les députés juniors © UNICEF /A. Michel

Il est revenu à Abdourahmane Daye Bah, 18 ans, d’exposer les problèmes relatifs à la protection des enfants en Guinée. Selon lui, « le chemin pour la mise en œuvre des droits fondamentaux des enfants de Guinée reste encore long. En Guinée, 1 enfant sur 4 de moins de 5 ans n’a pas été enregistré à l’état civil, 9 enfants guinéens sur 10 ont été victimes de violences ; plus de la moitié des femmes sont mariées avant l’âge de 18 ans, une femme sur 5 avant l’âge de 15 ans ». Pour faire face à cette situation, il est nécessaire d’accroître « l’allocation des ressources pour les différents secteurs concernés afin de poursuivre le renforcement du système de protection de l’enfant en Guinée contre toute forme d’abus de violence, d’exploitation ou de négligence ».

Deux autres plaidoyers ont été faits par les députés juniors, à savoir l’accès universel des enfants à la vaccination, qui est un des outils les plus puissants pour mettre fin aux décès d’enfants évitables et l’investissement accru dans la nutrition, car une nutrition adéquate lors des premières années de la vie est une condition essentielle pour que les enfants développent au maximum leur potentiel.

« La malnutrition demeure une véritable barrière pour le développement de notre pays, comme le montre l’analyse de l’enquête à indicateurs multiples qui révèlent que 31% des enfants souffrent de la malnutrition, d’où l’impérieuse nécessité d’accorder la priorité à la nutrition en tant que composante essentielle des politiques et plans de développement du pays », affirme Aissatou Fofana.

Les officiels © UNICEF /A. Michel

Le président de l’Assemblée nationale, Claude Kory Kondiano, a apprécié la pertinence des points soulevés par les jeunes députés, tout en reconnaissant que « l’enfance dans notre pays est confrontée à des problèmes très sérieux ». Approuvant la nécessité d’un investissement accru dans les secteurs cités, il promet : « Tous les points de votre plaidoyer ont été pris en compte par vos ainés qui siègent présentement à l’Assemblée nationale. Nous ferons en sorte qu’avec vous, nous continuions à nous battre, notamment pour que le budget réservé à la vaccination soit relevé ». Bienveillant, il a félicité les députés juniors du Parlement des Enfants de Guinée et particulièrement la Secrétaire générale « pour l’expertise avec laquelle elle a piloté la plénière de ce 20 novembre 2017 ».

Le représentant de l’UNICEF Marc Rubin, citant l’article 12 de la Convention des Droits de

Aissatou Fofana © UNICEF /A. Michel

l’Enfant qui reconnaît à l’enfant « le droit d’exprimer librement son opinion sur toute question l’intéressant, les opinions de l’enfant étant dûment prises en considération eu égard à son âge et à son degré de maturité », a souhaité que le dialogue entamé ce jour continue et que la voix des enfants soit entendue et leurs opinions prises en compte. « le 20 novembre est une journée pour les enfants et par les enfants. C’est une journée sur la base de laquelle tous les acteurs peuvent œuvrer pour atteindre plus de résultats en faveur des enfants », conclura-t-il.

S’exprimant au nom du gouvernement, la ministre de l’Action sociale, de la Promotion féminine et de l’Enfance, Mariama Sylla, a remercié les acteurs présents ce jour, particulièrement le président de l’Assemblée nationale pour l’opportunité donnée aux enfants de s’exprimer et d’être entendus. Rappelant que les enfants représentent l’avenir de la nation entière, elle a lancé un appel pour un engagement plus ferme et une augmentation conséquente du budget alloué aux secteurs de l’enfance. Elle a par ailleurs remercié l’UNICEF, ainsi que tous les partenaires qui se battent aux côtés du gouvernement au profit des enfants.

La célébration de la journée de l’enfance s’est achevée sur une note de fête au Palais du Peuple par la prestation de l’artiste André Flamy, ainsi que celle des troupes Tyabala et Tinafan.

Honorable Claude Kory Kondiano © UNICEF /A. Michel

La Journée internationale des droits de l’enfant a été assurément un moment de fort plaidoyer qui a permis de remettre les questions concernant les enfants dans les agendas de toutes les parties prenantes. Les enfants parlementaires ont bénéficié d’une plateforme unique et ont fait entendre leur voix à l’hémicycle du Palais du Peuple, l’endroit même où sont votées les lois de la République et où se discutent les sujets prioritaires de la nation. A charge maintenant pour les députés élus par le peuple, de transformer les sollicitations des enfants en actes concrets, au bénéfice de tous les enfants et de la Guinée toute entière.

 

 

 

Troupes Tyabala et Tinafan© UNICEF /A. Michel

 

Kadijah Diallo, UNICEF Guinée

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com
Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire