ledjely.com

KOBA : dimanche et mardi, jours d’assainissement

Un bon état de santé dépend inexorablement du maintien constant de son environnement dans un état propre. La commune rurale de Koba ne reflétait pas cette image auparavant, son bitume, bijou précieux pour les communautés, était menacé à chaque fois qu’il pleuvait. C’est pour contenir cette situation qu’Alseny Aminata Sylla, jeune diplômé sans emploi, avec sa structure dénommée « la Plateforme Communale des Jeunes de Koba », s’est engagé dans une campagne de sensibilisation des jeunes de Koba-centre sur l’impérieuse nécessité d’assainir les abords de leur goudron et aussi des lieux publics de leur commune rurale. « Avant, quand il pleuvait, l’eau envahissait le goudron avec son corollaire d’ordures, ce qui n’est pas bon pour sa durabilité. C’est ainsi que je me suis dit qu’à travers notre structure, nous pouvons faire quelque chose pour notre commune. Car à un moment donné, il ne faut pas se demander ce que mon pays peut faire pour moi, mais plutôt ce que je peux faire pour mon pays ? Dans la deuxième quinzaine du mois d’août 2018, nous sommes entrés en action avec nos moyens dérisoires (houes, coupes-coupes, etc) ».

Dès l’entame, ce sont les abords de la route qui sont nettoyés, puis le centre de santé, car il ne faut pas, ajoutera-t-il « venir se faire soigner et contracter une autre maladie ».

Alsény Aminata Sylla, Leader de l’Assainissement des lieux publics de Koba à travers la Plateforme Communale des Jeunes de Koba.— S. M. KOUNDOUNO © UNICEF Guinée

Dans un premier temps, Alseny et ses amis assainissaient tous les dimanches matin, mais vue l’ampleur de la tâche, ils ont ajouté le mardi comme journée d’assainissement des lieux publics. D’où l’institutionnalisation des dimanches et mardis comme journées d’assainissement des lieux publics de leur commune. À date, les lieux publics comme la mosquée, le marché, le centre de santé et la commune rurale ont été assainis par ces jeunes.

Mais comment Alseny est-il parvenu en un temps record à mobiliser les jeunes de Koba à venir travailler sans contrepartie financière ? « C’est une affaire de confiance. Ces jeunes que vous voyez-là, ils nous ont fait confiance simplement. Et lorsque nous sommes en train de nettoyer les abords de la route par exemple et que les usagers ou les personnes de bonne volonté nous donnent un peu d’argent, il est séance tenante présenté et partagé équitablement. C’est ce qui fait notre force et c’est ce qui fait que chacun d’entre nous se mobilise soit avec un coupe-coupe, une daba ou un autre objet à sa disposition pour participer à cet effort de propreté ».

Au terme de chaque opération, le point est fait et un nouveau lieu est défini pour la prochaine étape « Nous ambitionnons d’élargir cette initiative aux autres 21 districts de la commune, car elle est vraiment très importante pour la santé de nos communautés, mais notre porte d’entrée sera la jeunesse de ces localités que nous sensibiliserons, car nous n’avons pas les moyens de couvrir tous les districts ».

Les jeunes de Koba en plein aissainissement du siège de leur CR — S. M. KOUNDOUNO © UNICEF Guinée

Il faut en revanche relever qu’il n’y a pour l’heure aucune fille qui les accompagne dans cette initiative et Alseny compte corriger cette situation pour rééquilibrer la balance « dans les prochains jours, nous allons voir nos sœurs pour les sensibiliser à l’importance de la propreté. Et nous avons déjà notre argument, la femme est et doit être au centre de la propreté et je suis persuadé qu’avec cette approche, elles nous rejoindront ».

 

 

 

Saa Momory KOUNDOUNO UNICEF Guinée

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire