ledjely.com

KANKAN : Tenue d’un atelier d’échange sur le contrôle citoyen de l’action publique !

La salle de conférence de l’Alliance pour la promotion de la gouvernance et des initiatives locale (AGIL), a servi de cadre ce mercredi 20 septembre 2017, à la tenue d’un atelier d’échanges sur le contrôle citoyen de l’action publique, entre organisations de la société civile (OSC), acteurs étatiques et les partenaires techniques et financiers. C’était en présence, outre des autorités locales, d’une cinquantaine de représentants d’OSC (Organisation de la Société civile), venus des différentes préfectures de la Haute Guinée et de la Guinée forestière.

C’est une initiative financée par l’Union européenne, à travers son Projet d’appui aux organisations de la société civiles (PASOC), qui vise à appuyer activement  la participation et le repositionnement de la société civile dans l’espace public guinéen et en particulier, ses efforts en matière d’instauration, et de consolidation de l’état de droit, de gouvernance, de la promotion des principes démocratiques et du respect des droits de l’homme.

Les participants, suivant les consignes du facilitateur, Jonas Kamano, directeur suivi-évaluation des programmes de l’ONG Enfants du globe, ont évoqué de nombreuses attentes, parmi lesquelles on put noter, la nécessité de mettre en place ou de renforcer des cellules de veille, le réseautage des organisations de la société civile, l’implication des médias et des citoyens non alphabétisés dans les différentes actions de contrôle citoyen au niveau des deux région participantes.

Pendant de longues heures, les différents acteurs de la société civile ont recensé de nombreux problèmes qui freinent leurs actions sur le terrain, dans le cadre de l’exercice de ce contrôle citoyen. A savoir essentiellement, les différends  qui les opposent le plus souvent aux autorités locales.

En outre, ils ont aussi évoqué la division qui mine la société civile elle-même, et qui se traduit par  les nombreux conflits d’intérêts et d’influence entre les différentes  organisations qui la composent.

En présidant la rencontre, le directeur de cabinet du gouverneur de Kankan, Almamy Simbaly Camara, a livré un discours qui tranche avec les messages convenus qui sont généralement servis en de pareilles occasions :

 On parle de bonne gouvernance, mais c’est quoi la bonne gouvernance ? C’est la gestion matérielle, financière et administrative d’une collectivité comme la nôtre ou des organisations comme les vôtres, dans la transparence et surtout conformément aux principes établis. Dans notre pays, la démocratie est en construction. Alors pour que cela se fasse dans les meilleures conditions, il faut un fonctionnement correct de tous les pouvoirs démocratiques à savoir le pouvoir exécutif,  judiciaire et législatif dont on parle beaucoup. Mais à mon sens, il y’a un autre pouvoir  plus important, qui est celui de la société civile, qui apprécie au nom de la puissance publique, les trois autres. Donc je le dis haut et fort, vous êtes l’émanation directe de la population, vous êtes apolitiques et vous êtes là pour le développement.

Poursuivant son analyse il ajoute :

Le citoyen Lambda apprécie l’action publique à priori. On célèbre par exemple la construction d’une école chez nous, en organisant de la ‘’mamaya’’. Mais combien a été déboursé pour ça ? Est-ce que cette réalisation équivaut au coût investi ? Je suis directeur de cabinet au gouvernorat de Kankan, mais est-ce que je m’acquitte bien de mes tâches ?  C’est à vous désormais de répondre à ces différentes interrogations.

Au titre des recommandations, les participants ont formulé :

  • La mise en place des cellules de gouvernance locale au niveau de chaque préfecture aussi bien en Guinée forestière qu’en haute Guinée.
  • La poursuite des exercices du contrôle citoyen dans chaque collectivité.
  • L’implication de tous les acteurs  (gouvernés et gouvernants) dans ce processus de contrôle citoyen.
  • La vulgarisation des conclusions de la rencontre aux autres organisations n’ayant pas pris part aux échanges.

A noter que cet atelier d’échange qui a pris fin le même jour, promet de se concrétiser sur le terrain par la mise en place d’un mécanisme devant faciliter OSC la veille sur toutes les actions publiques dans les régions participantes, avec l’accompagnement des mêmes partenaires.

Cheick-Sékou Berthe, Kankan www.ledjely.com.

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com
Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire