ledjely.com

Kankan : la flambée du loyer

De 100 à 500.000 GNF, voire plus…voilà ce qu’il faut débourser par mois pour avoir un logement à Kankan. Conséquence, les citoyens se plaignent de la surenchère entretenue par les concessionnaires et appellent les décideurs à plus d’actions pour réguler le secteur, marqué par une anarchie notoire.

Le loyer ne cesse de grimper à Kankan. Un renchérissement relativement dans la cité du Nabaya, affecte sérieusement les populations. « La plupart des concessionnaires profitent de l’explosion démographique, pour  rehausser les frais de loyer », explique un citoyen.

Selon  les investigations de notre correspondant,  une maison d’une seule pièce vaut aujourd’hui au moins 100.000 GNF. L’année passée, la même pouvait se négocier pour la moitié. Quant aux logements à deux ou trois pièces, il faut débourser entre 250 et 500.00 GNF voire même plus.

Bon nombre de personnes, plutôt impuissantes, subissent cette réalité,  notamment les jeunes. Parmi eux,  Morlaye Traoré, étudiant à l’université Julius Nyerere de Kankan. Il est en colocation avec Baba Samba Barry dans  le quartier Gare.  « Nous sommes venus ici  depuis près d’un an.  Nous sommes là pour poursuivre nos études universitaires. On n’a même  pas fait un an dans cette chambre, voilà  que le prix a déjà doublé », déplore-t-il.

Aujourd’hui, rares sont les concessionnaires qui n’ont pas augmenté le prix des loyers. Les quelques-uns qui se refusent cette idée se comptent du bout du doigt. C’est le cas  d’Aminata Doumbouya, propriétaire d’une cour commune. « Chez moi, le prix du loyer n’a pratiquement pas varié.  J’ai des locataires qui sont là depuis plus de huit ans. Ils font partie de ma famille. Ils ne se plaignent pas », témoigne-t-elle.  Dans sa cour, on rencontre des jeunes étudiants qui ne paient  que quand ils ont les moyens. « Quand ils n’en ont pas, je ne les réclame rien », précise-t-elle. Elle se réclame volontiers d’une vision qui conçoit l’argent comme un moyen au service de l’humanité, envisagée comme la finalité.

Il faut rappeler justement que, le lundi 9 avril, les membres de la plateforme citoyenne, ‘’Tous contre le loyer cher’’, étaient à l’Assemblée nationale à Conakry, pour réclamer la réglementation du secteur de l’immobilier en Guinée.

Cheick-Sékou BERTHE correspondant régional www.ledjely.com.

620 00 89 85.

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire