ledjely.com

JEAN-PIERRE BEMBA : exit l’ultime verrou

Entre lui et l’air frais de la liberté, il n’y avait plus qu’un mince fil que la Cour pénale internationale (CPI) s’est empressée de rompre hier, 12 juin 2018. Jean-Pierre Bemba est donc libre de nouveau. Telle est la décision des juges qui se penchaient hier sur l’affaire relative à la subornation de témoin par rapport à laquelle l’ancien vice-président congolais avait été condamné en 2017. Bien entendu, il ne faudra pas perdre de vue le caractère provisoire de la liberté concédée au leader du MLC. En effet, non seulement, il est soumis à des « conditions spécifiques », mais aussi, il est attendu à l’audience du 4 juillet 2018, dans le cadre du réexamen de son dossier. Mais on ne se fait guère d’illusion. L’enchainement des événements ne laisse place à aucun doute. C’en est fini des ennuis judiciaires de Jean-Pierre Bemba. Comme un sphinx, il renaît… A l’inverse, Joseph Kabila a désormais des soucis supplémentaires à se faire.

En l’espace de quatre jours, l’histoire s’est accélérée pour Jean-Pierre Bemba. Jusqu’à ce 8 juin 2018, il incarnait la victoire de la CPI sur les hommes puissants et nantis. Jusqu’à ce jour, il était pour toutes les victimes de crimes à travers le monde, un motif d’espoir, une raison de croire en une justice au-dessus de tous soupçons. Mais cette image-là est révolue. De bourreau, Jean-Pierre Bemba passe désormais pour la victime. Depuis qu’il a été tout d’abord acquitté des charges pourtant graves de « crimes contre l’humanité » et de « crimes de guerre ». Une peine d’emprisonnement de 18 ans invalidée en quelques minutes. Puis, hier, dans le cadre d’une seconde affaire ayant trait à la subornation de témoins, les juges ordonnent la liberté provisoire pour Jean-Pierre Bemba. Après 10 ans passés derrière les barreaux, l’ancien vice-président de la RDC ira donc retrouver sa famille dont sa femme et ses cinq enfants. Quel soulagement !

A l’inverse, Kabila et les siens devraient se faire des soucis. Parce que pour eux, il ne sera pas facile de barrer la route à un opposant sorti des épreuves que vient de traverser Jean-Pierre Bemba. D’autant qu’aux yeux de ses partisans, ce dernier passe  pour celui qui a triomphé des ténèbres. Certes, Kinshasa, comme avec Moïse Katumbi, pourra intenter toutes sortes de poursuites judiciaires contre le leader du MLC pour le garder le plus loin possible du chaudron politique congolais. Mais de telles manœuvres ne seraient pas sans risque. En ce sens qu’elles peuvent raviver le front de l’opposition et générer de nouveaux adversaires aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Boubacar Sanso Barry

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire