ledjely.com

GUINEE: première célébration de la journée africaine pour l’enregistrement des faits d’état civil

La quatrième conférence des ministres de l’Union africaine tenue à Nouakchott du 03 au 10 décembre 2017 a déclaré le 10 août comme journée africaine de l’enregistrement des faits d’état civil et des statistiques d’état civil. Cette déclaration a été approuvée par le conseil exécutif de l’Union, lors de sa 32ème Session ordinaire tenue les 25 et 26 janvier 2018. Depuis, les États membres sont invités à marquer cette journée. C’est ainsi que la Guinée a célébré pour la première fois la journée africaine pour l’enregistrement des faits d’état civil et des statistiques d’état civil ce 10 août 2018 sous le thème : « promouvoir un système d’enregistrement universel novateur des faits d’état civil et des statistiques d’état civil pour une bonne gouvernance et des vies meilleures ». Cette première célébration s’est déroulée au service d’état civil de la commune de Matoto.

Dr Guy Yogo , le Représentant adjoint de l’UNICEF — S. M. KOUNDOUNO © UNICEF Guinée

 

Elle a réuni pour l’occasion, le Ministre d’Etat, ministre de la Santé, Dr Édouard Niakoye Lamah, le Ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, le Général Bouréma Condé, le ministre des Postes et Télécommunications et de l’Economie numérique, Moustapha Mamy Diaby, mais également les partenaires comme l’UNICEF représenté par Dr Guy Yogo, son Représentant adjoint, Cécile Benhamou, la représentante de la Délégation de l’Union européenne en Guinée, ainsi que la cheffe de cabinet du ministère de l’Action sociale, de la Promotion féminine et de l’Enfance, les cadres du département de l’administration du territoire et de la décentralisation et les

Cécile Benhamou la représentante de la délégation de l’Union européenne en Guinée© UNICEF Guinée

autorités de la commune de Matoto.

Alors que l’enregistrement régulier des faits d’état civil est à la base de la planification du développement de tout pays, cette célébration constitue une occasion de plaidoyer pour sensibiliser le public sur l’importance de l’enregistrement des faits d’état civil et des statistiques d’état civil couvrant l’ensemble de la population. Elle se déroule dans un contexte où, la Guinée dispose depuis 2017, d’une stratégie nationale de réforme et de modernisation de l’état civil, élaborée avec l’appui de l’Union européenne et de l’UNICEF.

La fonction primaire de l’état civil consiste à établir les documents requis par la loi et qui aident à prouver l’identité des personnes. Dans sa fonction secondaire, l’état civil constitue une source de statistiques vitales et aide à produire des indicateurs sociodémographiques. Ce qui permet de planifier avec équité le développement pour tous les enfants de Guinée comme le souligne le Représentant adjoint de l’UNICEF, Dr Guy Yogo « enregistrer toutes les naissances en temps réel, c’est permettre au système de santé de connaître le nombre d’enfants à vacciner, au système éducatif, le nombre de classes et d’enseignants nécessaires pour les prochaines années. Enregistrer tous les décès, c’est permettre à la Guinée de connaître en temps réel sa population en s’épargnant les coûteuses opérations de recensement ».

Le Général Bouréma Condé, Ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation avec le Ministre d’État, Ministre de la santé, Dr Édouard Niakoye Lamah — S. M. KOUNDOUNO © UNICEF Guinée

La stratégie nationale de réforme et de modernisation de l’état civil en cours de mise en œuvre dans la région pilote de N’zérékoré avec l’appui financier de l’Union européenne et de l’UNICEF, sera prochainement mise en œuvre dans les régions de Labé et de Conakry avec l’appui de la coopération italienne. C’est pourquoi, la représentante de la Délégation de l’Union européenne a rappelé l’importance pour chaque département de s’impliquer fortement dans la modernisation de l’état civil afin que les résultats soient durables.

Pour sa part, le ministre de l’Administration du territoire, le Général Bouréma Condé, a fondé l’espoir que les problèmes relatifs aux demandes constantes d’authentification que les ambassades accréditées en Guinée soumettent régulièrement à son département seront corrigés. C’est pourquoi, il a exprimé toute sa gratitude à l’endroit des partenaires « je m’en voudrais si je mettais un terme à mon discours sans dire toute la reconnaissance du Président de la République, de son gouvernement et du peuple de Guinée à l’endroit des partenaires techniques et financiers pour leur appui constant visant à doter dans les règles de l’art, la République de Guinée, d’éléments de référence pour l’enregistrement correct des faits d’état civil et des statistiques vitales ». Le ministre d’État, ministre de la Santé, Dr Edouard Niankoye Lamah reviendra sur l’impact de l’enregistrement des faits d’état civil sur le travail de son département afin d’assurer une couverture sanitaire suffisante pour le bonheur de la population guinéenne « sans la connaissance effective de la population et cela ne peut se faire qu’à travers des enregistrements et la délivrance des actes de naissance, il est difficile de planifier sans risque de se tromper, sa couverture vaccinale ».

Quant au ministre des Postes et Télécommunications et de l’Economie numérique, Moustapha Mamy Diaby, il a promis l’accompagnement de son département pour la sécurisation des données à caractère personnel pour qu’elles ne se retrouvent pas partout et qu’elles soient manipulables en mettant en place un système électronique fiable pour les protéger.

Cette célébration a été également marquée par la remise des registres d’état civil sécurisés à la commune de Matoto.

Saa Momory KOUNDOUNO UNICEF Guinée

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire

ledjely.com

GRATUIT
VOIR