ledjely.com

GREVE DU SLECG : les enseignants vont outre les menaces

Désemparé par le succès que rencontre le mot d’ordre de grève lancé par la faction du SLECG fidèle à Aboubacar Soumah, le gouvernement guinéen persiste à user des menaces et de l’intimidation pour tenter de ramener les enseignants dans les classes. Mais le moins qu’on puisse dire, c’est que la stratégie ne fonctionne toujours pas. Ainsi, en dépit du risque de se voir priver de leur salaire de ce mois de février, les enseignants boudent encore les classes en ce lundi matin.  C’est du moins le constat qu’a fait notre reporter à l’issue du tour dans quelques établissements de la commune de Kaloum.

A l’école primaire du centre par exemple, dans le quartier Koulewondy, sur les 20 enseignants programmés seulement 9 sont présents dont en majorité des femmes. De même, sur un total de 20 salles de classe, seules 2 sont occupées par les promotions de 5ème et de 6ème années, avec respectivement 25 et 17 élèves. Ceux des enseignants qui sont venus tournent en rond, dans l’attente d’élèves qui ne viennent pas.

Au collège château d’eau, dans le quartier Almamiya, le proviseur refuse toute communication avec la presse sans autorisation, dit-il, de la DCE. Mais seuls 5 enseignants étaient visibles dans la cour. Quant aux salles de classe, elles étaient toutes fermées. Aucun élève en vue ni dans les salles de classes, ni dans la cour.

Aux alentours du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, contigu au lycée 2 octobre, notre reporter a remarqué un dispositif sécuritaire composé d’éléments de la gendarmerie et de la police, avec un pick up de la CMIS.

Balla Yombouno

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire