ledjely.com

FAC/MEDECINE : vers la réouverture…

En marge d’une conférence de presse qu’il animée ce lundi 4 février 2019, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé a expliqué les raisons de la suspension de l’orientation des étudiants dans la Faculté de médecine de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Par la même occasion, il a laissé entrevoir la perspective de la réouverture de la Faculté. Cependant, il s’est gardé de donner une quelconque date. Parce que l’éventualité de la réouverture reste conditionnée à des réformes en cours. Ces dernières, une fois en place, les orientations reprendront suivant de nouvelles règles, plus transparentes et plus rigoureuses, promet le ministre.

Nous vous proposons un extrait de l’intervention du ministre:

 Si on n’a pas orienté depuis 3 ans, c’est qu’il fallait nettoyer le système. Dans les années antérieures, la faculté de médecine de Conakry était réputée comme l’une des meilleures. La preuve est que la plupart de ceux qui y sont formés à l’époque sont à l’étranger (Gabon, Guinée Equatoriale, Sénégal, France…)

 Récemment, il y a une de nos médecins qui est rentrée de la France, qui m’a dit qu’il y a au moins 200 médecins guinéens qui travaillent en France, c’est parce que la qualité de l’enseignement y était bonne….

 En revanche, depuis une dizaine d’années, la formation s’est dégradée parce que la corruption avait atteint la faculté de médecine aussi. Les notes se payaient, les gens sans aucune qualification pour faire la médecine venaient s’y installer. Il fallait mettre fin à cela. Nous avons même commandité une étude financée par l’OMS qui met en exergue toutes les failles du système. Donc, au lieu de continuer sur la même lancée, nous avons décidé d’arrêter d’orienter, le temps de mettre en place tout ce qui est nécessaire pour nettoyer ce secteur…

 Pour rentrer en médecine en Tunisie, il faut au minimum 17 de moyenne. Les places y sont limitées. Chez nous ici, n’importe qui peut rentrer en médecine. Les étrangers aussi venaient en Guinée quand ils échouent chez eux. Cela décrédibilise notre système, nous avons décidé de mettre fin à cela.

Si tout va bien on va recruter, mais ça ne sera pas comme avant. Il faut des laboratoires parce qu’on ne peut pas faire la médecine sans être constamment dans un laboratoire… on va aussi rénover les laboratoires de la faculté de médecine. C’est après cela qu’on va recruter, mais avec des conditions très strictes : mention bien minimum, places limitées, concours, etc.

N’importe qui ne rentrera pas à la faculté de médecine de la Guinée dorénavant, parce que dans 10 ans on veut être la meilleure faculté de médecine en Afrique.

Balla Yombouno

628742308

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire