ledjely.com

ENTREPRENARIAT : Afriland First Bank finance trois projets

Sept milliards 500 millions GNF, c’est le montant qu’Afriland First Bank met à la disposition de trois porteurs de projets, grâce à un accompagnement technique du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), sous la supervision de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG). La remise du montant aux bénéficiaires a eu lieu ce jeudi 15 novembre 2018, au cours  de la cérémonie de la  session bimensuelle du cadre de concertation des acteurs de la finance inclusive.

Au cours de la même cérémonie, on a également procédé à la signature  du cadre de partenariat  entre le PNUD et Afriland First Bank,  à la présentation  de l’état d’avancement  des projets en cours  d’élaboration et les nouveaux projets, à la présentation du cahier de charge pour la conception du site internet  de la finance inclusive et de la  présentation de nouveaux projets

Pour en revenir aux projets ayant obtenu des financements, il s’agit du comptoir agricole de Coyah, du crédit énergie et de la mise en place d’une chambre froide.  Dans son discours,  le  responsable du  premier projet, Mamadou Moussa Baldé, se dit très heureux d’être parmi les bénéficiaires. Il   explique le contenu de projet : «  il s’agit ici de la vente de semences maraichères, des équipements agricoles. Il y a d’autres services, à savoir la formation des producteurs et productrices dans l’utilisation de ces semences et équipements, la location des petits matériels à savoir des brouettes, des motos pompe… »

Pour l’utilisation de  ces fonds,  Mamadou Moussa Baldé indique que la première chose  à faire reste la sérénité. «  Au début,  j’étais juste basé à Coyah. Maintenant,  avec ce projet,  j’ai la chance d’aller plus loin, à l’intérieur du pays pour faire des livraisons et des ventes, Ce qui peut augmenter les revenu et permettre  éventuellement  d’employer d’autres jeunes ».

 De son coté,  Thierno Boubacar Kallo, président de l’Union des groupements agricoles de Soumbalako (Mamou), bénéficiaire du projet de la mise en place d’une chambre froide, souligne : « nous  cultivons de la pomme de terre et des aubergines. Ce financement que nous venons d’avoir va contribuer à la construction d’une chambre froide, à l’achat de 400 tonnes de semences de pomme de terre, à l’achat de 400 tonnes d’engrais, et à l’achat de deux camions frigorifiques pour transporter nos produis dans les différents marchés ».

Guy Laurent Fondjo d’Afriland First Bank et Lionel Laurens du PNUD

Dans son intervention de circonstance, Guy Laurent Fondjo, Administrateur  et  Directeur général Afriland First Bank Guinée,  s’est d’abord félicité de la mise en place du cadre de concertation. Une instance qui, estime-t-il, permettra aux partenaires impliqués dans la finance inclusive de « s’asseoir,  discuter, échanger et trouver des solutions aux  problèmes ».  « Aujourd’hui,  sur une dizaine de projets que nous avions à la base, trois ont été sélectionnés et trois vont bénéficier du financement. L’idée étant véritablement que tout ce financement ne se limite pas à l’aspect financier qu’apporte Afriland First Bank. Mais également, qu’avec le partenariat que nous allons nouer avec  d’autre composantes indispensable à la réussite de ces projets et à la réussite de la mise en place d’un système d’autonomisation et de prise en main de façon durable, des créations de la richesse se mettent en place », rajoute-t-il.  Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il fonde de grands espoirs dans la dynamique qui se met ainsi en place «  Cela signifie à terme que les problèmes que  nous avons identifiés vont avoir une solution, sinon  au moins vont connaitre des débuts de solution », espère-t-il.

Pour Lionel Laurens, Directeur pays PNUD,  les institutions de microfinance et des banques comme Afriland First Bank,  ont  décidé de consentir des crédits  à des porteurs de projets… « Nous les partenaires, nous intervenons autour de la table pour accompagner ces porteurs de projets et pour leur permettre de développer un plan d’affaire plus robuste et qui a plus de chance de réussir », affirme-t-il.

Pour rappel, suite à une étude réalisée,   le PNUD a compris que la problématique d’accès au financement était un frein  par rapport  au véritable  développement du pays. C’est dans ce cadre donc qu’il a été mise en place le cadre de concertation sur la finance inclusive en partenariat avec le gouvernement,  à travers la BCRG.

Balla Yombouno

628742308

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire

ledjely.com

GRATUIT
VOIR