ledjely.com

COUR DES COMPTES : le premier rapport de Mohamed Diaré

Un an après la désignation des membres de la Cour des comptes, Mohamed Diaré, le président de l’institution, a  présenté son   tout premier rapport  d’activité ce jeudi à Conakry. Faisant un document de 131 pages, ce premier rapport n’est pas celui qui rend compte de la gestion des finances publiques, conformément aux attributions de la Cour. Mais il s’agit d’un rapport didactique qui restitue l’essentiel des activités menées depuis un an dans le sens de l’ancrage de l’institution et de son opérationnalisation.

Dès l’entame de ses propos,  Mohamed Diaré a tenu à situer la conférence dans son contexte « la cour des comptes élabore chaque année à l’intention du président de la République  et le président de l’assemblée nationale, un rapport d’activité sur les résultats de l’ensemble des travaux  de l’année précédente.  Ce rapport retrace les observations, recommandations et conclusions formulées par la cour et présente  des propositions de réforme qu’elle estime utiles ».

Cependant, vu que c’était la première année de l’institution, celle-ci n’a pas été nécessairement dévolue au contrôle des finances publiques. Plutôt, selon M Diaré, cette première année a été consacrée à l’élaboration des textes réglementaires. «  Il fallait d’abord commencer par recruter des magistrats, des conseillers référendaires et des auditeurs.   Il fallait former également les 13 conseillers maitres qui ont été nommés en premier lieu,  parce que, le métier de juge financier est un métier à part », explique-t-il.  La Cour des comptes, à l’en croire,  est une juridiction financière indépendante  qui a des attributions juridiques et consultatives.  D’où l’importance de  l’élaboration d’un  guides de contrôle, d’un code de déontologies, etc. « Il a fallu élaborer beaucoup de textes pour que la cour puisse être opérationnelle.  Nous  avons  même suivi quelques formations à l’extérieur », dit-il.

Ces préliminaires ayant occupé cette première année, on espère que l’institution s’attèlera désormais à sa véritable mission. En effet, l’article 116 de la constitution Guinéenne  dispose : «  la Cour des comptes est la juridiction de contrôle a posteriori des finances publiques. Elle dispose d’attributions juridictionnelles et consultatives. »

Balla Yombouno

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire

ledjely.com

GRATUIT
VOIR