ledjely.com

CNSS: des ouvriers crient au scandale

Les dirigeants de la Caisse nationale de sécurité sociale ont eu chaud ce mercredi 11 octobre 2017. Plusieurs ouvriers  de différentes entreprises ont pris d’assaut la devanture de l’institution. Objectif : réclamer leurs argents placés à titre de cotisation à la CNSS. 

Les manifestants étaient munis de pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Stop au détournement des cotisations des pauvres travailleurs à la CNSS, plus jamais  de cotisations sans prestations  ».

 En somme, ces ouvriers qui ont exécuté les travaux  de construction de Palma Guinée, de BCI et  ceux d’UTICA ont enregistré un prélèvement sur leurs salaires – au compte de la CNSS- 75.000GNF par mois, durant toute la période des activités. Le projet étant terminé, il leur est devenu impossible de se situer par rapport à cette cotisation. Et ils veulent y voir plus clair. Sylla Sékou  ancien ouvrier de  Palma Guinée explique : «  Actuellement, le projet est fini,  les blancs qui le géraient sont rentrés.  Donc, nous sommes venus voir à la Caisse si nos versements avaient été effectifs. Nous sommes plus 506 personnes, alors que le Directeur général de la Caisse, Malick sankhon ne reconnait que 180 personnes ».

Selon les informations complémentaires, les personnes reconnues par la CNSS  ne sont pas, elles-aussi, prises en charge. Il n’en fallait pas plus pour que les manifestants flairent une éventuelle combine entre la direction de la Caisse et leurs responsables. D’autant plus qu’ils n’ont aucun interlocuteur dans le service de Malick Sankhon.

Parmi les manifestants, il y avait des victimes d’accident de travail. Lesquelles attendent toujours une prise en charge. « J’ai failli perdre la vue lorsqu’un produit chimique en poudre est rentré en contact avec mes yeux. On m’a dit que je suis journalier  et  que je ne méritais pas la prise en charge. Pourtant, ils continuaient de défalquer sur mon argent pour une assurance au niveau de la CNSS » , témoigne Mamady Sylla. Il ajoute que leur ancien employeur leur a donné des documents attestant leurs affiliations à la Caisse. Et que celle-ci rejette leurs dossiers.

Dans la foulée,  certains  ouvriers  ont émis l’idée d’attaquer le patron de l’entreprise, Achok Layland,  en justice.

Pour être complet, nous avons tenté d’en savoir plus auprès de leurs employeurs et  au niveau de la direction de la caisse, mais en vain !

Balla Y

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire