ledjely.com

CELLOU DALEIN A PROPOS DE KAPORO-RAILS : « Alpha Condé est-il Guinéen ? »

La question de l’origine du président Alpha Condé a souvent fait l’objet de beaucoup de supputations, dans le contexte du débat souvent très passionné entre les acteurs politiques guinéens. Mais cette fois, si Cellou Dalein Diallo se pose la question, c’est en signe de dépit. Parce qu’il a du mal à croire qu’un président guinéen puisse réserver à des compatriotes à lui le sort qui est celui désormais des habitants de Kaporo-rails et de Kipé 2. Le chef de file de l’opposition en a parlé à l’occasion d’une conférence de presse que lui et certains de camarades ont animée ce jeudi à Conakry.

Comme beaucoup de Guinéens, le leader de l’UFDG ne nie aucunement le droit de l’Etat guinéen d’entreprendre des actions pour récupérer des domaines réservés. Seulement, selon lui, « si on estime qu’il est encore opportun et urgent de récupérer ces domaines, il fallait faire une étude d’impact ». Du reste, « si on est président de tous les Guinéens », précise-t-il.

D’autant qu’à en croire Cellou Dalein Diallo, ce même Etat est responsable des faits aujourd’hui reprochés aux « occupants illégaux » desdits domaines. En effet, faisant allusion à l’Etat, il estime que « lorsque tu déclares une zone réservée, tu dois veiller à ce que quelqu’un ne vienne pas mettre son épargne là-dedans. Parce que ce sont des pauvres fonctionnaires qui ont épargné difficilement, qui ont acheté avec des autochtones, avec des chefs de quartier ou avec l’urbanisme ». D’ailleurs, quelles que soient les circonstances dans lesquelles les domaines ont été acquis, le leader de l’UFDG pense que « l’Etat ne peut pas traiter ces citoyens comme ça. Il fallait user de tous les recours pour persuader, convaincre les gens d’aller même à 5 km de Conakry, donner un montant même forfaitaire ».

Par ailleurs, le chef de file de l’opposition s’est interrogé sur les critères de choix de la zone de Kaporo-rails. Faisant remarquer qu’un total de 25 zones réservées sont répertoriées à Conakry, il se demande pourquoi c’est la zone de Kaporo-rails qui a été ciblée. Une zone qui, rappelle-t-il, au même titre que le reste du territoire national, est habitée par des « êtres humains qui méritent le respect, qui méritent qu’on les traite comme faisant partie à part entière de la nation ». Et pour lui, la seule raison qui leur vaut la singularité peu enviable qui est aujourd’hui la leur, c’est le fait que « la plupart d’entre eux sont identifiés comme des militants de l’opposition ». 

La rédaction

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
Avatar
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire