ledjely.com

BOFFA : le domicile d’une députée pris à partie

Les promoteurs de la nouvelle constitution ont visiblement décidé d’utiliser la Basse Guinée pour jauger les chances d’approbation de leur projet. Ainsi, sans crier gare, ils sillonnent week-end après week-end, les villes de cette région côtière pour susciter des manifestations prétendument dédiées à la promotion du troisième mandat ou de la nouvelle constitution. Cela a commencé par Coyah. Puis, il y a eu Dubréka. Et cette semaine, il s’est agi de Fria et de Boffa. Et si globalement, les choses se sont plutôt bien passées à Fria hier, il y a par contre eu de la résistance du côté de Boffa, ce dimanche 14 avril. Au point que contrariés dans leur agenda, les partisans du pouvoir s’en sont pris au domicile de la députée uninominale de l’UFR, qu’ils accusent d’être à la base du son discordant.

Comme dans les villes précédentes, ce sont entre autres le ministre de l’Energie, Cheick Taliby Sylla, et le revenant Alhoussein Makanera Kaké, qui ont conduit la délégation qui s’est rendue à Boffa. Et pour la circonstance, il y a eu une mobilisation avec des banderoles réclamant le troisième mandat ou le référendum pour l’adoption d’une nouvelle constitution.

Mais à travers la ville, d’autres jeunes ont fait entendre un autre son de cloche. Eux aussi, déployant des banderoles clairement hostiles au projet du chef de l’Etat et de ses partisans, ont sillonné la ville. Et visiblement agacés par cette contre-manifestation, les partisans du troisième se sont attaqués au domicile de la députée uninominale UFR, Aïssata Soumah. Le mur d’enceinte de son domicile s’est même écroulé en partie. « Et il y a eu des blessés », nous souffle une source qui confesse néanmoins que le bilan exhaustif des dégâts n’est pas encore établi.

Fodé Baldé, de la Cellule de communication de l’Union des forces républicaines (UFR) accuse le pouvoir d’avoir transporté de Conakry ceux qui s’en sont pris au domicile de la députée. « Conscients qu’ils n’auraient pas de militants soutenant leur projet, ils ont fait venir des gens de Conakry aussi bien à Fria qu’à Boffa. Il s’agit notamment des gendarmes et des femmes qui ont été acheminés de Conakry« , accuse-t-il.

La rédaction 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
Avatar
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire