ledjely.com

ANNIVERSAIRE : au cœur des 70 ans de la DUDH

A l’instar des autres pays à travers le monde, la Guinée a célébré hier le 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Organisée par le Haut-Commissariat des Nations unies aux Droits de l’Homme (HCDH), la cérémonie s’est déroulée dans la salle du 28 septembre du Palais du peuple, en présence du ministre de la Justice, Cheick Sako, de celle de l’Action sociale, Mariam Sylla, de Mouctar Diallo, de la Jeunesse et de nombreux diplomates, entre autres. 

Par la voix du ministre de la Justice, le gouvernement en a profité pour réitérer son engagement à promouvoir et garantir l’effectivité des droits humains en Guinée.   «La Guinée a entrepris de nombreuses réformes visant à promouvoir et à protéger les droits de Lhomme. Le gouvernement guinéen reste résolu à poursuivre ses efforts, et nous sommes engagés avec l’appui des Nations-unies en particulier avec le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme à atteindre les objectifs que nous nous sommes assignés », a notamment déclaré Cheick Sako. Qui, par ailleurs, recommande : « Il faut que tous les Guinéens dans leur ensemble puissent accorder de l’importance à la Déclaration universelle des droits de l’homme. Dans les mois qui suivent, le gouvernement va conjuguer des efforts avec l’Assemblée nationale et les autres institutions pour parvenir à une série de lois relatives aux droits humains, entre autres

Pour part, Patrice Vahard, le représentant résident du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH), met l’accent sur la justice, la seule qui, selon lui, peut instaurer et garantir les droits de l’homme. «La meilleure protection des droits de l’homme se fait au plan local à travers une justice forte. C’est pour cela que nous apprécions la journée porte ouverte de la justice qu’organise le ministère de la Justice », relève-t-il. Rendant compte des activités menées au cours de l’année dans le cadre de la promotion des droits humains, Patrice Vahard poursuit : « en 2018, ce sont 16 missions de terrains que le système des Nations unies a organisées dans les villes, les  villages et les contrés de la Guinée pour voir ce qui se passe sur les questions des droits de l’homme. Il y a eu 130 visites de prison, 100 cas de protection dont 55% d’hommes, 45% de femmes et 35% de mineurs, entre autre

Reprenant le discours du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guteres, il rajoute : «La Déclaration universelle des droits de l’homme fournit les principes dont nous avons besoin pour gouverner l’intelligence artificielle et le monde numérique. Elle présente un cadre de réforme qui doit être utilisé pour contrer les effets du changement climatique sur les êtres humains, sinon, sur la planète. C’est pour nous une base pour garantir les croyances…»

Pour sa part, mettant les pieds dans le plat, El Hadj Mamadou Malal Diallo, président par intérim de l’OGDH, s’en est pris aux autorités qu’il accuse de n’avoir rien fait pour diligenter des enquêtes sur les crimes commis à l’occasion des manifestations en Guinée. Rappelant au passage qu’au moins 15 personnes ont perdu la vie au cours de l’année dans le cadre de la contestation des résultats des élections communales et la crise dans le secteur éducatif, il a également dénoncé la mesure d’interdiction des manifestations, encore en vigueur.

Ibrahima Kindi Barry

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
Avatar
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire