ledjely.com

ADO-SORO: le divorce?

La langue de bois n’y a plus sa place. Entre le président ivoirien, Alassane Ouattara et son ex-allié, Guillaume Soro, la brouille est désormais ouverte. Et au rythme où vont les choses, le divorce, lui-même, est imminent. En témoigne l’arrestation, le lundi dernier de Souleymane Kamaraté Koné alias « Soul to Soul », le chef de cabinet du président de l’Assemblée nationale ivoirienne. Une arrestation que le pouvoir dit consécutive à la découverte, à la mi-mai, au domicile de ce proche de Guillaume Soro, d’une importante cache d’armes. Les autorités ivoiriennes y voient la preuve d’un complot dont l’objectif était de renverser les institutions du pays. Dans l’entourage de Guillaume Soro, on rétorque que cette arrestation est le premier acte d’un plan que le pouvoir ivoirien a concocté pour faire payer à l’ancien patron de la rébellion des Forces nouvelles (FN) les ambitions qu’il nourrit dans l’optique de 2020.  

Guerre ouverte

S’il est difficile de savoir avec exactitude ce qui les oppose, par contre il est très aisé de réaliser que la méfiance s’est instillée dans les rapports entre le président de la République et le chef du parlement ivoiriens. Depuis le début de l’année, les médias s’en font l’écho au rythme des mutineries que le pays a enregistrées. Beaucoup d’entre eux ont notamment vu derrière ses soulèvement tantôt des ex-rebelles, tantôt de l’armée ou encore de la police, la main manipulatrice de Guillaume Soro. Jusqu’à tout récemment, les deux avaient réussi à ne pas laisser transparaitre cette méfiance. Mais l’absence du président de l’Assemblée nationale au dernier congrès du RDR a plus ou moins révélé au grand jour la divergence entre eux. D’autant qu’à l’occasion, Alassane Ouattara avait explicitement indiqué son souhait de passer le relai à un successeur issu des rangs du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), dans le cadre de la coalition avec l’ancien président, Henri Konan Bédié. Dans un tel contexte, l’interpellation de Soul to Soul n’est qu’une preuve supplémentaire d’un malentendu qui ne relève plus d’aucun secret.

Acharnement ?

Or, dans l’entourage de Guillaume Soro, on est convaincu que ce dernier ferait l’objet d’un acharnement et d’une manœuvre d’intimidation destinés à le faire lâcher le morceau de 2020. Alors que le président du parlement, proportionnellement au soutien qu’il avait apporté à l’actuel président ivoirien, s’estime en droit d’exiger un certain nombre de choses, beaucoup de ses proches seraient dans le viseur des autorités ivoiriennes. Ainsi, selon quelques indiscrétions, outre Soul to Soul, quatre autres lieutenants de Soro seraient menacés d’une arrestation imminente. Ce sont le colonel Youssouf Ouattara dit ‘‘Kobo’’, commandant de la garde rapprochée du président de l’Assemblée nationale ; l’adjoint de ce dernier, le colonel Adama Yeo ; Salif Traoré dit ‘‘Commandant Tracteur’’ et Souleymane Zébré alias ‘‘Capitaine Souley’’. L’objectif serait de démembrer le camp de Guillaume Soro, de manière à le rendre vulnérable.

Intrigues et coup-bas

Les intrigues et les coup-bas  relevant de quelque chose de normal en politique, rien de tout cela n’est vraiment surprenant. Cependant, il y a à se demander ce que cette querelle en perspective pourrait coûter au pays. On imagine déjà que la quiétude chèrement acquise, sera menacée à défaut d’être totalement remise en cause. Parce que si Alassane Ouattara donne l’impression de maîtriser la situation, il y a que Guillaume Soro n’a pas encore dit son dernier mot.

Boubacar Sanso Barry

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com
Tel : 628 10 87 62

1 Comment

  1. Pingback: ADO-SORO: le divorce? - Découverte Guinée - Annuaire de Guinée

Laisser un commentaire