DOSSIER DU 28 SEPTEMBRE : Tibou Kamara après son audition

Comme prévu, le ministre conseiller personnel du président de la République a été entendu hier, par le pool de juges en charge de l’instruction dans le dossier du 28 septembre 2009. Et au terme l’audition a eu lieu dans l’enceinte de la Cour d’appel et qui a duré deux heures, Tibou Kamara s’est prêté aux questions de la presse. A l’occasion, il indiqué que ce serait bien passé et que son passage devant les juges en qualité de témoin traduit à la fois l’encrage démocratique en en Guinée et la transparence dans la procédure en cours.  

Mais pour lui, le premier sens de cette audition, c’est celui d’un engagement honoré :

La démocratie exige la transparence et l’autorité de la justice, c’est la vérité. J’avais dit que si je recevais une convocation de la justice de mon pays j’y répondrai sans hésitation et sans la moindre fébrilité. C’est ce que j’ai fait aujourd’hui.  Je peux vous dire que tout s’est très bien passé dans le respect et dans la courtoisie. Et ce qu’il faut retenir que  seule la vérité est constante.

Une dimension qu’il tient d’’autant plus à mettre en exergue qu’une polémique commençait à émerger autour de cette audition :

Beaucoup disaient que j’ai été convoqué et que je n’avais pas l’intention de me présenter devant la justice alors que je n’avais jamais reçu de convocation à me présenter devant la justice. Et on a laissé supposer aussi une volonté de défiance à l’encontre de l’institution judicaire alors que je n’avais pas reçu de convocation. Et j’ai fait savoir que si j’en recevais, j’étais prêt à me présenter devant la justice.

Quant à l’audition elle-même, se gardant d’en révéler le contenu, Tibou Kamara assure qu’elle s’est passée dans une atmosphère de sérénité :

 Tout s’est très bien passé dans la courtoisie et le respect comme je viens de l’indiquer .Mais vous comprendrez bien que je ne peux violer le secret de l’instruction en vous disant ce qui s’est passé dans les discussions que j’ai eues avec le pool des juges. Je me sens heureux d’avoir répondu à l’appel de la justice de mon pays. Je suis heureux aussi d’avoir pu témoigner enfin pour lever le doute à propos de l’intention de le faire, comme avait pu, comme vous l’avez remarqué, alimenter  aussi bien la suspicion que nourrir une polémique inutile. Donc, c’est un homme confiant comme toujours qui a la conscience tranquille que vous avez devant vous et qui, tout au long de l’histoire de son pays et pour les différentes fonctions qu’il a eu à exercer l’a fait en toute conscience dans le respect d’une certaine éthique et dans le respect de l’intérêt de notre pays, de son l’intégrité et des droits et des libertés de chaque citoyen.

Balla Yombouno

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire