TPI DE KALOUM : Martine Condé vs Joachim Baba Millimono

La présidente de la Haute autorité de la communication  (HAC) était ce mercredi 14 juin 2017, devant le  Tribunal de première instance (TPI) de Kaloum pour répondre aux accusations portées contre  elle par  le commissaire Joachim Baba Milimono. Elle est poursuivie pour les chefs d’accusation de violences, voie de fait et abus d’autorité. En l’occurrence, il s’agit d’un bras de fer qui remonte aux accusations de faux et usage de faux que la présidente la HAC avait elle-même contre M. Millimono. C’est donc la réponse du berger à la bergère.

Me Salifou Béavogui, avocat de Joachim Baba Millimono, profitant de l’audience du jour, est revenu sur la genèse de la crise de confiance entre dame Martine et M. Millimono. En substance, il rappelle que le malentendu est consécutif à la crise qui avait éclatée à la HAC autour notamment de la gestion du budget de l’institution. Millimono étant apparu comme la tête de pont des frondeurs qui exigeaient d’elle une plus grande transparence dans la gestion des fonds, Mme Martine Condé avait réussi à découvrir que ce dernier était arrivé à la HAC alors qu’il n’a pas l’âge requis pour y être. De fil en aiguille, la présidente de la HAC avait conclu qu’il y a faux et usage de faux. En d’autres termes, elle a accusé Joachim Baba Millimono d’avoir falsifié certains de ses documents pour pouvoir se retrouver à la HAC. L’avocat précise que sur ce point précis, le dossier est déjà à la Cour suprême.  

Mais en attendant, son client fait déjà les frais de sa brouille avec Martine Condé :

Voilà près d’un an, elle empêche mon client  d’aller travailler, de percevoir son salaire, de bénéficier des avantages. Donc, elle utilise son autorité pour agir ainsi. Le dernier cas en date, la garde rapprochée de Madame Martine Condé a empêché mon client de rester dans les installations de la HAC en disant de quitter les lieux. Aujourd’hui, il n’assiste pas aux plénières. Une lettre a été déposée au ministère des finances  qui a gelé son salaire. Tout cela ressemble à un véritable acharnement….. En dépit de l’arrêt de la cour constitutionnelle du 5 mai 2016, Madame Martine Condé continue toujours à empêcher mon client de siéger, alors qu’elle n’est pas au-dessus de la loi, elle n’est pas au-dessus des lois de la République. Il y a manifestement abus d’autorité, il y a manifestement abus de pouvoir, de menaces et harcèlement. Ce qui nous amènes à saisir le tribunal pour que justice soit dite.

A la barre, Martine Condé a tout nié :

Je n’ai jamais empêché Joachim d’avoir accès à son bureau, ni donner l’autorisation de bloquer son salaire, ni le harceler. Ça été une décision du ministère de l’économie et des finances, après une lettre que je lui ai adressé pour lui dire que Joachim était toujours dans les mains de la justice. Il ne venait pas à son bureau et moi je ne le voyais pa

Me Doura Chérif, l’avocat de Martine Condé, plus concis, promet néanmoins :

J’utiliserais tous  les moyens à mon pouvoir pour que ma cliente recouvre sa dignité dans ce procès

Le procès a été reporté au 28 juin prochain pour la  comparution  des témoins cités par Joachim comme  Hawa Camille Camara, Ousmane Camara, adjudant Yomba Kourouma, garde-corps de Martine Condé, Ibrahima Sory Sylla.   Des témoins dont la déposition devrait aider à voir clair dans ce perocès.

Balla Yombouno

628742308

 

Facebook Comments
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

1 Comment

  1. Pingback: TPI DE KALOUM : Martine Condé vs Joachim Baba Millimono – Revue de Presse du HAC

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*