COOPERATION : une délégation du CESE français en Guinée

Dans une dynamique de consolidation d’une collaboration en gestation entre le Conseil économique et social  (CES) de Guinée et le Conseil économique, social et environnemental (CESE) de la France, une délégation du second est mission de travail en Guinée depuis hier mardi.  Une délégation dont la mission essentielle était de discuter avec le CES guinéen des 13 axes majeurs de collaboration préalablement identifiés.

Etalé sur deux jours, la visite des membres du CESE français aura permis aux deux parties d’échanger de la nécessité d’un partage d’expérience, de la formation des membres du CES guinéen et du personnel administratif ou encore de la fourniture d’équipements pour faciliter le travail des conseillers et du personnel administratif de l’institution guinéenne.

Au terme donc de ce travail qui a tout naturellement nécessité un déplacement de la délégation française pour le siège du CES, les deux institutions ont co-animé un point de presse pour préciser les retombées potentielles du partenariat qui se met en place.

Dans une brève intervention, Hadja Rabiatou Sérah Diallo, présidente du Conseil économique et social (CES), évoquant le fait qu’in fine, ce sont les peuples français et guinéen qui récolteront les fruits de la collaboration, se réjouit des belles perspectives qu’elle augure

Nous sommes heureux d’accueillir cette délégation en Guinée, je pense qu’il faut se féliciter aujourd’hui que cette mission soit en Guinée. Nos deux institutions ont échangé sur la nécessité d’une collaboration pour renforcer les capacités des uns et des autres. Tout cela rassure que la coopération ira de l’avant dans l’intérêt supérieur des deux institutions,  mais aussi dans l’intérêt supérieur de nos deux peuples. Je suis rassurée que la rencontre sera fructueuses et importante. Donc, il y a lieu que ces deux institutions puissent se donner la main et collaborer pour faire avancer les choses non seulement sur le plan national, mais aussi pour faire avancer les deux institutions, elles-mêmes.

Pour sa part, Jean Grosset, questeur du CESE français, définissant chacune des institutions comme un lieu de dialogue et de promotion des valeurs de paix et de concertation, se félicite aussi des perspectives de coopération avec le CES guinéen. Surtout qu’à l’en croire, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, la partie guinéenne n’est pas nécessaire la seule qui en sera bénéficiaire :

Ce sont deux lieux où on cherche le dialogue, le compromis, la paix, l’entente et qui aboutissent à des réflexions pour les assemblées des deux pays. Donc, nous avons été extrêmement satisfaits du travail qu’on a fait ensemble, c’est un travail qui se veut concret, il y a des rapports réciproques. Maintenant c’est à nous de porter le message pour que ça aboutisse. Et même en France, nous avons besoin de dialogue, de concertation, de compromis, de paix et de fraternité. On a vraiment besoin de ça. Donc, c’est un peu l’objet de nos travaux.

Il est à préciser que d’ores et déjà, le CESE français a procédé à la remise d’une dizaine d’ordinateurs dans le cadre du renforcement des capacités du CES de Guinée.

Ibrahima Kindi BARRY

621 265 823

Facebook Comments
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*