ARRET DE LA COUR SUPREME : les réactions de Me Béa

C’est avec le plus grand soulagement que Fatou Badiar et le commandant Alpha Oumar Boffa Diallo (AOB) ont suivi la décision de la Cour suprême de ce lundi, cassant leur condamnation en première instance. En effet, eux et d’autres de leurs compagnons d’infortune ont été condamnés dans le cadre de l’affaire dite de l’attaque contre la résidence privée du président Alpha Condé. C’était dans la nuit du 19 juillet 2011. Mais les intéressés et leurs avocats n’ont jamais cessé de clamer leur innocence.  Par ailleurs, au sein de l’opinion publique, certains commençaient à associer leur détention à un acharnement, surtout depuis la grâce présidentielle accordée de manière sélective et plutôt opportune à Bah Oury, initialement perçu comme instigateur de cette attaque. Eh bien, à tout ce beau monde, la Cour suprême a en quelque sorte donné raison ce lundi en décidant de casser la décision de condamnation de dame Fatou Badiar, AOB et Cie. Bien entendu, l’avocat de la défense, Me Salifou Béavogui, est aux anges.

Naturellement, Me Béa ne cache pas sa joie. D’autant qu’à travers la décision de la Cour suprême, il perçoit un progrès significatif en direction de l’idéal de l’Etat de droit :

Aujourd’hui, je ne sais pas comment exprimé ma joie. Je commence par remercier la cour suprême pour le courage, le professionnalisme. Eh oui,  ça avance, la  constitution de l’Etat de droit, ça avance. Je suis très heureux aujourd’hui. C’est  que l’arrêt de la cours d’assise de Conakry qui avait condamné Mme Fatou Badiar à 15 ans de réclusion criminelle et AOB à perpétuité, vient d’être cassée et annulée purement et simplement. C’est une victoire éclatante. Les mots me manquent et le dossier retourne au Tribunal de première instance (TPI) de Dixinn, en vertu de la nouvelle organisation judiciaire, pour continuer les débats. Donc, merci. Le droit a triomphé. Ma joie est grande.

Au sujet de la suite des événements, il précise :

Immédiatement, nous allons nous concerter avec nos clients pour fêter d’abord la victoire.  Ensuite, nous aviserons. Mais nous pensons que c’est déjà très bien que cette décision soit cassée. Ça veut dire que c’est la défense qui avait raison. C’étaient des innocents. Voilà que la cour suprême vient de nous suivre. Je suis vraiment dépassé. (…) Nous retournons au Tribunal de première instance (TPI). C’est comme si la condamnation n’a jamais existé. Maintenant, nous sommes à un pas du point final.

Aminata Kouyaté et Balla Yombouno 

Facebook Comments
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

1 Comment

  1. Gueye

    29 mars 2017 at 14 h 58 min

    Aveugle et idiots que vous êtes ! Avant de célébrer votre victoire attendez la réaction du chef suprême de Conakry le professeur, chef, imam et dieu Alpha condé

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*