ledjely.com

DIRECTION GENERALE DE L’OMS: le candidat de l’Ethiopie chez Alpha Condé

Le 23 mai 2017, à l’occasion de 70ème Assemblée générale, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) devrait élire un nouveau Directeur général à sa tête. Et au nombre des candidats en lice, on a celui éthiopien, Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui compte beaucoup sur l’appui du continent africain pour une victoire dont il est quasi certain. C’est ainsi que ce 22 mars, il a été reçu par le président Alpha Condé, par ailleurs président en exercice de l’Union Africaine. Il en a profité pour solliciter de ce dernier de le supporter et de mettre sa stature internationale pour l’aider à remporter la bataille qui l’oppose à ses deux challengers, Sania Nishtar du Pakistan, et David Nabarro du Royaume-Uni. A l’en croire, cette doléance serait tombée dans de bonnes oreilles de la part du président guinéen. Ce dont il s’est réjoui.

Tedros Adhanam Ghebreyesus, le candidat éthiopien dit compter sur son expérience comme un atout comparatif pouvant se révéler déterminant lors du choix final, le 23 mai 2017. Actuel ministre conseiller du premier ministre éthiopien sur les questions de santé, il a été pendant 4 ans ministre des Affaires étrangères et assumé pendant 8 ans les fonctions de ministre de la santé. Par ailleurs, il dit avoir une solide expérience en matière de conception et de mise en œuvre de réformes qui ont porté leur fruit dans le secteur de la santé et dont le succès est attesté même par l’institution dont il convoite le leadership.

Revendiquant une approche qui rompt avec les discours stériles au profit de l’action concrète, M. Ghebreyesus qui ambitionne être le premier Africain à assumer les fonctions de directeur général de l’OMS, a déjà de grands défis sanitaires en Afrique :

En Afrique, il y a beaucoup de défis. Un premier, c’est la faiblesse du système de santé. C’est ainsi que nous ne prévenons pas suffisamment. Un autre aspect de cette faiblesse du système de santé, c’est le fait que tout le monde n’a pas accès au système de santé en raison notamment des problèmes économiques. Un autre problème en Afrique, c’est le manque de proactivité. Par exemple, dans le cas d’Ebola, on a noté le fait que les gens n’étaient pas prêts. Cela devrait être amélioré. En Afrique, on ne prête pas non plus beaucoup d’attention aux personnes vulnérables (femmes, enfants, personnes âgées). C’est aussi quelque chose à changer.  Enfin, on Afrique aussi, on devrait prendre en compte le fait que le changement climatique a un impact direct sur la santé.

Mais par-dessus tout, M. Ghebreyesus dit souhaiter que l’Afrique fasse davantage de « responsabilité en se mobilisant suffisamment face aux problèmes quand ils se posent ».

Boubacar Sanso Barry

 

 

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
sanso@ledjely.com, admin@ledjely.com Tel : 628 10 87 62

Laisser un commentaire